Football: David Ginola d'accord avec Lama... Ni une, ni deux, Luis Fernandez le dézingue

POLEMIQUE Décidément, tout va bien entre les anciens du PSG et Luis Fernandez...

William Pereira

— 

David Ginola
David Ginola — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

C’est la grande fête des anciens du PSG. On la fait court pour ceux qui auraient loupé le dernier épisode. Dans une récente interview accordée à So Foot, Bernard Lama a taillé en pièces Luis Fernandez. « C’est quelqu’un qui n’a pas compris où il était. C’était trop haut pour lui. Intellectuellement, il y avait un décalage. Dans la gestion humaine, il était à côté de la plaque. »

« Il y a les footballeurs et il y a les hommes »

Invité à réagir aux propos tenus par son ancien coéquipier sur le plateau de La chaîne L’Equipe, David Ginola s’est montré solidaire avec l’ancien gardien parisien. après avoir répondu qu’il était « d’accord avec lui [Bernard Lama] », l’ancien joueur du PSG et de Newcastle a dit, à propos de Fernandez :

« Luis est un garçon que j’ai apprécié [quand il était joueur]. Et ça a été une énorme déception car il y a les footballeurs et il y a les hommes. Et quand on arrête sa carrière de footballeur, ce qu’il reste, c’est les hommes », laissant entendre qu’il n’appréciait guère le personnage Luis Fernandez, surtout après une mise à pied de quinze jours que lui avait imposée ce dernier en 1995.

Pour Fernandez, Ginola est plus utile à la télé que sur un terrain de football

Ni une, ni deux, l’ancien coach du Paris Saint-Germain a répondu aux attaques de son ancien poulain, comme il l’avait fait pour Bernard Lama auparavant. Cette fois, ça se passe dans les colonnes de L’Equipe.

« Je veux d’abord dire que je suis content de voir David rétabli, c’est le plus important pour moi. Et ensuite que je le trouve excellent dans son nouveau rôle d’animateur télé dans l’émission La France a un incroyable talent. Il est beaucoup plus utile dans cette émission que sur un terrain de football où, là, il fallait être un homme. Quand on l’écoute parler, il faut qu’il retrouve la mémoire », a-t-il sèchement contré. Avant de remettre une mine.

« Moi, en arrivant au PSG, j’ai fait de David un capitaine et je lui ai montré que j’avais une énorme confiance en lui. Si un jour il l’a perdue, ce n’est pas contre le Spartak mais après un match contre Nantes. On perd 3-0. David n’était pas venu car il était censé aller faire des soins. Mais en fait, il était parti jouer au golf et faire des photos pour un journal de mode. »