Les Chicago Cubs ont mis fin à un siècle de malédiction.
Les Chicago Cubs ont mis fin à un siècle de malédiction. — David J. Phillip/AP/SIPA

SPORT DE RICAIN

Baseball: On s’en fout, mais Chicago vient de mettre fin à la plus longue malédiction du sport américain

Les Chicago Cubs ont battu les Cleveland Indians lors du septième match décisif en finale de la Ligue majeure de baseball...

Après 108 années d'attente et d'échecs répétés, les Chicago Cubs ont mis fin à la plus longue disette du sport américain mercredi en remportant les World Series, la finale de la Ligue majeure de baseball (MLB), à Cleveland. Nés en 1908, les «perdants magnifiques» se sont éteints le 2 novembre 2016, pour le plus grand soulagement de leurs supporters et d'une grande partie des Américains qui avaient malgré tout un petit faible pour ces Cubs. Ils ont arraché le titre suprême sur le terrain des Cleveland Indians en remportant 8 à 7 le septième et dernier match, indécis jusqu'au bout.

>> A lire aussi : C’est long, c’est chiant, mais promis, le base-ball peut être intéressant

Ils ont aussi tordu le cou à leur malédiction: en 1945, un certain Billy Sianis, ne goûtant pas d'être exclu de Wrigley Field, le mythique stade des Cubs, où il avait emmené sa... chèvre domestique, avait maudit l'équipe et prédit qu'elle ne gagnerait plus jamais les World Series. Dès la fin du match, des dizaines de milliers de supporters des Cubs se sont rassemblés autour de leur stade, à Chicago, pour célébrer ce titre tant attendu, pour boire à la santé de leur équipe et aussi du fameux Billy Sianis et de sa chèvre.

Il aura fallu attendre plus d'un siècle pour que les Cubs s'offrent les World Series pour la troisième fois de leur histoire, après 1907 et 1908. Dès la fin du match, les nombreux amateurs de statistiques se sont intéressés à l'équipe de football américain des Arizona Cardinals: elle a en effet hérité du statut peu enviable et abandonné par les Cubs d'équipe la plus mauvaise du sport professionnel américain. Son dernier titre remonte à 1947.