GP de Malaisie: Pression sur Rosberg, Hamilton claque la pole

FORMULE 1 Il n'y a que huit points d'écart entre les deux hommes au classement des pilotes...

20 Minutes avec AFP

— 

Lewis Hamilton lors des qualifications du Grand Prix d'Italie le 3 septembre 2016.
Lewis Hamilton lors des qualifications du Grand Prix d'Italie le 3 septembre 2016. — Antonio Calanni/AP/SIPA

Le Britannique Lewis Hamilton, qui concède huit points au classement du championnat du monde sur son équipier allemand Nico Rosberg, a mis la pression sur ce dernier en signant la pole position du GP de Malaisie, samedi à Sépang.

Dans la chaleur moite (30 degrés et une piste à 45 degrés) du circuit proche de Kuala Lumpur, Hamilton a signé la 57e «pole» de sa carrière (la 4e en Malaisie) en devançant de près d'une demi-seconde Rosberg, leader du championnat.

L'an passé, Hamilton était reparti de Malaisie avec 41 points d'avance pour s'envoler vers le titre. Sa situation est moins confortable cette année. Mais l'homme n'a pas dit son dernier mot: «Mon équipier a fait du meilleur travail que moi lors des derniers GP (Rosberg vient d'aligner trois victoires, ndlr), à moi d'inverser la tendance».

Rosberg, qui ne s'est jamais imposé en Malaisie, pense pouvoir y signer un premier succès. «Lewis a signé un super temps mais sans une erreur dans le dernier virage de mon ultime tentative, j'aurais pu l'inquiéter. La voiture est parfaite, je peux être optimiste pour demain (dimanche)», a-t-il déclaré.

Derrière les deux Mercedes, qui pourraient décrocher le titre constructeur dès ce week-end, la deuxième ligne sera occupée par les deux Red Bull du Néerlandais Max Verstappen (qui a fêté son 19e anniversaire vendredi) et de l'Australien Daniel Ricciardo.

Les Ferrari de l'Allemand Sebastian Vettel, vainqueur l'an dernier à Sépang, et du Finlandais Kimi Raikkonen s'élanceront en 3e ligne. «Pour inquiéter les Mercedes, il faudra un peu de chance et sans doute aussi compter sur la pluie», expliquait Vettel vendredi.