Le MMA bientôt légal en France? C'est ce que réclame un rapport parlementaire

SPORTS DE COMBAT Il sera rendu à Manuel Valls le 15 octobre prochain...

20 Minutes avec AFP

— 

L'Américain Ovince Saint Preux frappe son compatriote Patrick Cummins, à terre lors d'un combat de MMA (Ultimate fighting championship) en catégorie mi-lourds, au Prudential Center de Newark, le 18 avril 2015
L'Américain Ovince Saint Preux frappe son compatriote Patrick Cummins, à terre lors d'un combat de MMA (Ultimate fighting championship) en catégorie mi-lourds, au Prudential Center de Newark, le 18 avril 2015 — Alex TRAUTWIG GETTY

Un rapport parlementaire va proposer la création d'une instance provisoire chargée d'accompagner la légalisation et la structuration du MMA (Mixed martial arts ou arts martiaux mixtes), sport de combat dont les compétitions sont pour l'instant interdites en France. Jacques Grosperrin, sénateur LR, et Patrick Vignal, député socialiste, doivent remettre leur rapport au Premier ministre Manuel Valls autour du 15 octobre, six mois après la création de leur mission parlementaire mi-avril. Et leur conviction est faite, après quelque 150 heures d'auditions qui se sont achevées le 7 septembre.

>> A lire aussi : Dix raisons qui expliquent pourquoi le MMA n’explose pas en France

«D'un côté, on a les gens du MMA qui sont assis sur un tas d'or mais ne peuvent pas s'entendre et sont incapables de se fédérer. De l'autre, on a des jeunes qui veulent du MMA, pas un ersatz, et à qui on ne peut pas toujours dire non», estime Patrick Vignal.

Une fédération?

«Ennemi des interdits», le député de l'Hérault s'apprête, avec son collègue sénateur, à proposer à Manuel Valls et Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux sports, la création d'une instance de contrôle qui serait chargée d'aider à la naissance et à la structuration du MMA en France.

Cet organe de contrôle serait composé d'une fédération ou confédération d'arts martiaux, de représentants du ministère, du comité national olympique, de médecins et des deux parlementaires auteurs du rapport qui se sont engagés à suivre leur mission durant trois ans.

>> A lire aussi : Pendant l'été Cristiano Ronaldo lâche le foot pour le free-fight

Il déboucherait à terme sur la création d'une fédération indépendante de MMA. «Arrêtons d'être hypocrites», reprend M. Vignal qui rappelle que 40 à 50.000 personnes pratiquent le MMA en France en dehors de tout cadre légal. La France autorise la pratique en club mais interdit les compétitions comportant des frappes au sol et ne dispense aucune formation d'encadrant.

«Ce sport a démarré par le haut, avec les shows de l'UFC (la ligue professionnelle nord-américaine). Il faut le faire revenir à la base», poursuit le député de l'Hérault, lui-même judoka, qui insiste sur la nécessité de former des encadrants afin de mieux contrôler la pratique, notamment sur le plan médical mais également sur le plan politique.

«A un moment où les combats se font sans éducateurs, où les combattants KO le samedi remontent sur le ring le lundi, la meilleure façon de faire est de former des encadrants», conclut-il.