JO 2016: Pas de médaille en VTT, la fin d’un calvaire pour le vélo français

CYCLISME Grosso modo, tout ce qui a des roues a vécu un véritable « cataclysme »…

B.V.
— 
Maxime Marotte derrière l'Espagnol Coloma, à Rio
Maxime Marotte derrière l'Espagnol Coloma, à Rio — Pavel Golovkin/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Rio,

Il suffit de regarder la liste de podium en Coupe du monde toute la saison pour le comprendre : c’est un énorme échec d ’avoir loupé les médailles en VTT, dimanche. Dominateurs toute la saison, Julien Absalon (8e), Maxime Marotte (4e) et Victor Koretzky (10e) ont fait un joli tir groupé mais très, très loin de leurs attentes. « C'est dommage parce que je pense qu'on n'a jamais été aussi bien entourés en équipe de France, on est une nation forte, le VTT n’a jamais été aussi fort en France, souffle Maxime Marotte. Ce matin je me disais il faudrait un cataclysme pour que l'on n'ait pas de médaille et c'est arrivé. »

Le genre de cataclysme qui implique que :

1) Marotte perde le bronze dans le dernier tour face à un Espagnol qui a fait « la course de sa vie »

2) Le n°1 mondial Julien Absalon passe à côté de sa course « sans trop comprendre pourquoi » alors qu’il avait des « super sensations vendredi et samedi à l’entraînement »

3) Une crevaison horrible de Victor Koretzky alors qu’il était dans le bon ton et l’un des plus rapides sur la piste

Bref, c’est dur. Et ça correspond parfaitement aux Jeux olympiques de tout le vélo français. Alaphilippe quatrième de la course en ligne alors qu’il avait des jambes de feu, les pistards largement en dessous de leur niveau habituel, Pauline Ferrand-Prévot dans le dur… Tout ça pour conclure que les sports à roues n’ont donc remporté qu’une seule médaille (de bronze en vitesse par équipe sur piste) à ces JO. Un bilan catastrophique.

« C’est vrai qu’on avait un peu de pression car les autres disciplines avaient un peu manqué le coche, analyse Julien Absalon. On espérait pas rattraper toutes les médailles, mais au moins terminer avec une ou deux, on pouvait en avoir plusieurs. Ce sont pas des grands JO pour le cyclisme français. » Marotte conclut : «C'était peut-être pas les Jeux de la fédé de cyclisme mais ce n'est pas à l'image de l'engagement du staff à nos côtés.  Félicitations à ceux qui sont sur le pdodium et à nous de travailler encore plus. » On se voit à Tokyo ?