JO 2016: On avait enterré Christophe Lemaitre, mais il a fermé beaucoup de bouches avec son bronze

JEUX OLYMPIQUES Le Français a arraché sur le fil la troisième place du 200 m...

Romain Baheux

— 

Christophe Lemaitre après sa médaille sur le 200m, à Rio en 2016
Christophe Lemaitre après sa médaille sur le 200m, à Rio en 2016 — SIPA

De notre envoyé spécial à Rio,

Ce serait malhonnête de réécrire l’histoire. Quand on a dressé notre traditionnelle liste des chances de médailles françaises pendant ces JO, on n’a pas rentré le nom de Christophe Lemaitre. Primo, parce que le sprinteur français qui devait aller jouer parmi les grands noms de la piste  s’appelait Jimmy Vicaut. Secundo, parce que Lemaitre n’avait pas atteint une seule finale lors des Mondiaux de 2015, année marquée par les blessures et les contre-performances.

Une seconde carrière

Jeudi soir, l’oublié des pronostics s’est rappelé à tout le monde en cassant sur la ligne pour toper une médaille de bronze inattendue, une première pour un tricolore depuis 1960. A 26 ans, Christophe Lemaitre vient de s’offrir une seconde carrière, lui qui était descendu sous les 10 secondes au 100 m quand Usain Bolt n’avait que trois titres olympiques.

« Christophe, ça fait longtemps qu’on dit qu’il n’a plus son finish et qu’il est fini, ça me fait plaisir de le voir faire ça, lâche Kévin Meyer, décathlonien en argent déchaîné à l’officialisation du bronze du sprinteur. Il va clouer le bec à pas mal de personnes. C’est un bon type, il mérite ça. »

Une « renaissance » plutôt qu’une « revanche »

Quelques instants plus tard, Lemaitre affiche son éternelle mine guillerette du mec content d’être en plein milieu du plus gros événement sportif mondial. Tout en gardant le sourire, il se refuse à parler de revanche mais de « renaissance. Les critiques m’ont touché mais cette année, j’ai décidé d’arrêter de faire ça pour les autres, de plus courir pour ma gueule. Je savais que je n’étais pas mort, que j’allais revenir ».

Alors pardon Christophe Lemaitre d’avoir pensé que ton temps était révolu. Pardon Christophe Lemaitre d’avoir affirmé que cette médaille de bronze sur 200 des Mondiaux de Daegu en 2011 serait ton bâton de maréchal. Pardon de n’avoir jamais pensé écrire ces lignes. « Moi, j’espère maintenant que ça ne sera pas un one-shot, nous interrompt-il dans nos songes. J’aimerais confirmer dans les prochaines années. » Nous, on a retenu la leçon en tout cas.