Bouclier au barbecue: Le nom du club de Chamalières ne sera pas gravé sur le trophée (réparé)

RUGBY Le club auvergnat a reçu ses sanctions…

B.V.

— 

Le bouclier après la fête du titre à Chamalières (Auvergne).
Le bouclier après la fête du titre à Chamalières (Auvergne). — Capture d'écran Facebook / Jean-Yves Dijol

C’est la fin de l’affaire du Bouclier au barbecue. Lundi, le club de Chamalières dans le Puy-de-Dôme a fait parler de lui en brûlant au dixième degré le trophée de meilleur club de 2e série de rugby. Stupeur et indignation dans le monde de l’Ovalie, qui tient aujourd’hui sa revanche. Le club a en effet été sanctionné par le Bureau directeur du Comité d’Auvergne de rugby à rembourser les réparations sur le Bouclier, qui a déjà été remis à neuf ou presque.

« Une destitution »

Mais Chamalières va aussi subir un préjudice moral, puisque le nom du club ne sera pas gravé sur le trophée comme le veut la coutume, ni cité dans les publications officielles du Comité. « Nous refuser le droit de graver notre nom s’apparente à une destitution. Pourtant, ce titre, on est allé le chercher avec les tripes, on a bossé toute l’année, les 80 mecs de l’équipe, soudés. Pour l’instant, nous faisons une très belle saison et on est fiers de nous », explique Antoine, l’un des joueurs du club, au Rugbynistère.

Il fallait peut-être y penser avant de traiter le Bouclier comme une vulgaire merguez.