Champions de 2e série, les Auvergnats de Chamalières crament leur bouclier au barbecue

RUGBY La fête du titre a dégénéré et indigné les dirigeants...

V.B.

— 

Le bouclier après la fête du titre à Chamalières (Auvergne).
Le bouclier après la fête du titre à Chamalières (Auvergne). — Capture d'écran Facebook / Jean-Yves Dijol

On avait dit pas le bouclier, les gars… Après une saison régulière quasi parfaite (16 victoires en 18 journées), les rugbymen de Chamalières ont remporté, samedi à Gerzat, le titre de champion d’Auvergne de 2e Série en dominant Cisternes (23-6). Et ils l’ont fêté à leur façon, rapporte le site Sports Auvergne.

Petit message personnel à nos "amis" de Chamalières .....merci pour cette photo qui circule sur les réseaux sociaux ,...

Publié par Jean-Yves Dijol sur dimanche 24 avril 2016

Le bouclier a tout simplement fini... cramé au barbecue ! Les photos n'ont pas tardé à fuiter et à tourner sur le Web, notamment une capture d’écran de Snapchat. Une petite incartade qui n’a pas franchement plu à Jean-Yves Dijol, membre du comité directeur du Comité territorial d’Auvergne de rugby. « Petit message personnel à nos "amis" de Chamalières, a-t-il écrit sur Facebook. Merci pour cette photo qui circule sur les réseaux sociaux, elle fait vraiment plaisir à tous ceux qui, avant vous, ont eu le plaisir et la fierté de toucher le bout de bois, comme on dit… Ce bout de bois chargé d’une histoire commune à tous les rugbymen de notre région, ce bout de bois qui n’appartient à personne, et surtout pas à ceux qui ne respectent pas notre bien commun et les valeurs dont on parle tant autour du ballon ovale ! »

« Un sentiment d’impuissance et d’incrédulité, d’incompréhension et de honte »

Via un communiqué, Michel Lafarge, président du Stade Chamalièrois, a tenu à présenter ses excuses : « En quelques heures, l’acte de quelques inconscients a plongé tout le club dans un désarroi total, dans un sentiment d’impuissance et d’incrédulité, d’incompréhension et de honte. Rien ne sert aujourd’hui de garder le silence sur ce que tant de monde sait désormais, de tenter de camoufler ou de masquer la vérité. »

S'il assure que le bouclier sera remplacé, le dirigeant reste inconsolable : « Samedi, j'ai connu pour la troisième fois la très grande joie d’un titre régional avec Chamalières, mon club de toujours. Ce matin, ma tristesse est infinie et je ne sais pas quel sera l'avenir du club. Dans le rugby comme dans la vie, les choses basculent vite... »

« Jamais les saucisses n'ont eu meilleur goût »

Contacté par le Rugbynistère, un joueur de Chamalières, Antoine, a tenu à témoigner. « Je ne vais pas vous mentir, la fête fut arrosée, comme il se doit. Alalala les amis, quelle nuit ! » Et d'enchaîner, non sans humour : « Les joueurs présents ont décidé d’offrir une "belle mort" à ce bout de bois, qui a fini sa première vie dans un barbecue. Jamais les saucisses n’ont eu meilleur goût. Ce n’est pas très intelligent, surement très con, mais ça se voulait potache avant tout. » 

Le joueur auvergnat conclue : « Depuis ce matin, on est des stars. On a même eu le droit à un article dans Sport Auvergne, La Montagne, Rugbyrama, Le Rugbynistère et L'Équipe (mes parents sont en larmes, ils pensent que j’ai enfin réussi ma vie). Plaisanteries à part, ça va un peu trop loin cette histoire. Certes, ce n’était pas l’action la plus intelligente de l’année, pas difficile d’en convenir. Mais cela a pris des proportions qui dépassent l’entendement (magie des réseaux sociaux) et qui mettent le club en difficulté. »