Platini devant le TAS: Comment va se dérouler cette audience de la dernière chance ?

FOOTBALL Michel Platini abat sa dernière carte vendredi...

N.C. avec AFP

— 

Michel Platini devant le siège de la Fifa, à Zurich, le 15 février 2016.
Michel Platini devant le siège de la Fifa, à Zurich, le 15 février 2016. — Walter Bieri/AP/SIPA

C'est «la dernière voie de recours», rappelle Me Thibaud D'Alès, l'un des avocats de Michel Platini. L'ancien numéro 10 des Bleus va contester vendredi devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) sa suspension décidée par la commission d'éthique de la Fifa. D'une durée initiale de 8 ans, elle avait été réduite à 6 ans par la commission des recours de la Fédération internationale. Mais Platini compte bien être innocenté, et c'est devant le TAS que cela va se passer. Qui arbitrera ce match très particulier? Comment se déroulera l'audience? Voilà ce que l'on sait. 

Les arbitres

Il y aura trois arbitres: un a été choisi par Platini, un par l'autre partie, la Fifa, et tous deux ont désigné un président. Le TAS précise sur son site internet que «les arbitres doivent être indépendants, c'est-à-dire n'avoir aucun lien particulier avec l'une ou l'autre des parties et n'avoir joué aucun rôle dans l'affaire en question». Leurs noms ont fuité dans la presse: le Suédois Jan Paulsson pour Platini et le Suisse Bernard Hanotiau pour la Fifa. Les deux hommes sont des références du droit international.

Passés par de grandes universités américaines (Yale et Harvard pour le premier, Columbia pour le second), ils ont oeuvré à la résolution de litiges commerciaux voire territoriaux entre grandes sociétés ou Etats. Le président sera Luigi Fumagalli, professeur de droit international italien.

L'audience

Elle débutera à 8h00 et devrait durer jusqu'à 16h30 voire 17h00. «La salle d'audience est assez classique», explique Thibaud d'Alès, l'un des avocats de Platini. «Le tribunal est entre les deux parties qui se font face, et généralement l'audience est organisée en deux volets». Il y a d'abord «une phase d'instruction», poursuit le conseil de Platini, «où l'on entend les parties elles-mêmes, les témoins cités, où il y a des phases de questions directes et croisées par les parties et les arbitres».

Parmi les témoins cités par le camp Platini, Jacques Lambert, président du comité d'organisation de l'Euro-2016 et autrefois directeur de celui du Mondial-98. La Fifa, elle, a demandé à son ancien président Joseph Blatter de venir témoigner, lui-même étant pourtant mis en cause dans cette affaire.

La phase de plaidoirie

Platini est déjà passé devant le TAS, qui lui avait refusé en décembre sa demande principale, la levée de sa suspension alors provisoire (jusqu'au 5 janvier). Mais cette fois, le TAS examinera le fond du dossier.

Le TAS explique sur son site que sa sentence «est définitive et obligatoire pour les parties à compter de sa notification». La date de la décision n'est pas connue mais la plus haute juridiction sportive espère la rendre avant l'Euro 2016 (10 juin-10 juillet).