Rugby: Et si le Top 14 devenait le Top 12?

XV DE FRANCE C'est l'une des propositions pour aider les Bleus...

R.B. avec AFP

— 

Le Racing Métro et Castres se sont affrontés le 27 février 2016.
Le Racing Métro et Castres se sont affrontés le 27 février 2016. — J.E.E/SIPA

La cellule technique mise en place par la Fédération française de rugby (FFR) et la Ligue (LNR) préconise de réduire la première division du championnat de 14 à 12 clubs d'ici à la saison 2018-2019, selon un document révélé par le journal Sud Ouest.

Cette mesure fait partie d'une batterie de 15 propositions remises la semaine dernière aux présidents de la FFR et le LNR et destinées à améliorer la compétitivité du XV de France, notamment en soulageant un calendrier surchargé.

Le Top 14 deviendrait donc Top 12, avec une seule descente à l'issue de la saison et des barrages supprimés, au profit de demi-finales entre les quatre premiers de la phase régulière. Cela permettrait ainsi de gagner trois dates à partir de l'exercice dès 2018-2019, juste avant le Mondial au Japon.

Selon le document que s'est procuré Sud Ouest et qui précise les propositions dévoilées dans leurs grandes lignes jeudi dernier, 12 des 15 mesures pourraient être mises en place dès la saison prochaine.

Les plus attendues concernent la libération des joueurs internationaux, le principal point de friction entre la Fédération et la Ligue.

Les membres de la cellule technique demandent ainsi la création dès mai ou juin 2016 d'une liste de 30 joueurs «Elite» et une autre de 20 joueurs (30 maximum) «Développement».

Cette cinquantaine de joueurs, qui constitueront le réservoir du XV de France, sera davantage protégée. Ainsi, ils ne disputeront pas plus de 300 minutes en match d'affilée sans obtenir en suivant une semaine de régénération.

>> A lire aussi : Les Bleus finissent cinquièmes du Tournoi mais Novès a senti «des progrès»

Le sélectionneur des Bleus aura aussi à sa disposition ses joueurs 8 semaines d'affilée durant le Tournoi des six nations et quatre durant les tests de novembre, limitant ainsi les aller-retour en club.

Ces mesures doivent encore être approuvées par Pierre Camou (FFR) et Paul Goze (LNR). La cellule technique, constituée après le fiasco de la dernière Coupe du monde, réunissait dix personnalités, dont les anciens internationaux Julien Bonnaire et Thomas Castaignède, le directeur technique national Didier Retière.