VI Nations: «Ne pas être conscient que l'Angleterre est un poil devant, ce serait naïf», admet Guy Novès

RUGBY Les Anglais peuvent rêver du Grand Chelem...

20 Minutes avec AFP

— 

Le centre anglais Jonathan Joseph face à l'Irlande
Le centre anglais Jonathan Joseph face à l'Irlande — Kirsty Wigglesworth/AP/SIPA

Les Anglais n'arriveront pas à «fatiguer» le XV de France en imposant «un tempo» important, l'une de leurs marques de fabrique, samedi au Stade de France en clôture du Tournoi de six nations, a estimé jeudi le sélectionneur des Bleus Guy Novès.

«Les joueurs anglais sont sûrs de leur force, jouent d'une certaine manière, précise. Je suis pas certain que ce soit lié à un tempo, à moins de considérer le fait de venir taper sur la ligne d'avantage avec beaucoup de puissance et de s'appuyer sur du jeu au pied s'appelle du tempo», a d'abord déclaré Novès à la presse à Marcoussis (Essonne) lors de l'annonce de l'équipe.

«S'ils veulent nous fatiguer sur le tempo, ils n'y arriveront pas»

«Ils sont puissants devant, ont trois-quatre joueurs très rapides au niveau des trois-quarts, donc chaque espace est exploité, notamment sur les ballons perdus. Mais s'ils veulent nous fatiguer sur le tempo, ils n'y arriveront pas», a-t-il ajouté.

Malgré les deux dernières défaites concédées, au pays de Galles (10-19) puis en Ecosse dimanche (18-29), après deux victoires contre l'Italie (23-21) et l'Irlande (10-9), le sélectionneur croit en son «équipe».

>> A lire aussi : XV de France: Deux Toulousains titulaires pour priver l’Angleterre du Grand Chelem

«Ne pas être conscient que l'Angleterre est un poil devant à l'heure actuelle, ce serait un poil naïf. Mais je suis convaincu que le joueur français est capable de relever un certain nombre de défis. Battre (les Anglais) on verra, mais relever le défi de l'engagement, j'en suis certain», a-t-il estimé.

L'ancien entraîneur emblématique de Toulouse a également reconnu qu'il «(préférerait) que le bilan (de ce premier Tournoi) soit hyper positif», mais le XV de France est là «pour progresser».

L'Angleterre se déplacera au Stade de France samedi pour remporter son premier Grand Chelem depuis 2003, la France pour essayer d'accrocher une place sur le podium pour la première fois depuis 2011.