En Allemagne, dire que «le Qatar est un cancer» pour le foot n'est pas diffamatoire

FOOTBALL C'est la justice qui l'affirme...

R.B. avec AFP

— 

Theo Zwanziger à la Fifa le 20 mars 2015.
Theo Zwanziger à la Fifa le 20 mars 2015. — Ennio Leanza/AP/SIPA

Les juges du tribunal de Düsseldorf chargés d'examiner la plainte du Qatar suite aux propos de l'ex-dirigeant de la Fifa,Theo Zwanziger, qui avait qualifié l'émirat de «cancer du football mondial», ont estimé mardi que ces propos étaient couverts par la liberté d'expression.

«Nous estimons que le propos selon lequel le Qatar serait un "cancer du football" est encore couvert par la liberté d'expression», a indiqué le tribunal de grande instance de la ville rhénane, pour lequel «la liberté de d'expression est plus importante que la "protection de l'honneur"» de la fédération qatarienne de football. Cet avis rendu par les juges est toutefois à dissocier du jugement qu'ils rendront le 19 avril.

La fédération qatarienne de football avait porté plainte auprès du tribunal de Düsseldorf après les propos de l'ex-président de la fédération allemande (DFB) tenus en juin 2015 sur une radio allemande: «J'ai toujours dit clairement que le Qatar est un cancer pour le football mondial». L'ex-dirigeant allemand, 70 ans, s'est très souvent montré critique vis à vis de l'émirat gazier qui a obtenu l'organisation du Mondial 2022.

Zwanziger ne voulait pas du Mondial 2022 dans le Golfe

Il avait récidivé quelques mois après ses propos polémiques en demandant, en décembre dernier, à la future direction de la Fifa qu'elle «retire le Mondial (2022) au Qatar. J'ai espéré qu'ils (les organisateurs) se ressaisissent et changent quelque chose (...) mais ils ne veulent tout simplement pas. On ne peut qu'être déçu et résigné de constater que nos standards ne s'appliquent pas au Qatar», avait-il regretté.

Si la fédération qatarienne venait à être déboutée dans cette affaire, elle ferait immédiatement appel, selon l'agence de presse sportive allemande SID, filiale de l'AFP.

Le Qatar fait l'objet de critiques de la part d'organisations de défense des droits de l'Homme sur les conditions de travail des migrants étrangers. La justice suisse, quant à elle, a ouvert une procédure contre X pour soupçons de «blanchiment d'argent et gestion déloyale» autour de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.