L'OM déçoit pour sa première

LIGUE 1 Le club marseillais a fait match nul 0-0 face à Strasbourg

Fred Azilazian

— 

L'OM, désigné comme le challenger numéro 1 de Lyon (qui clôturera la première journée dimanche soir contre Auxerre), a bafouillé son football sur la pelouse du promu alsacien.
L'OM, désigné comme le challenger numéro 1 de Lyon (qui clôturera la première journée dimanche soir contre Auxerre), a bafouillé son football sur la pelouse du promu alsacien. — Oliver Morin AFP

Au terme d’une rencontre sans saveur, l’Olympique de Marseille n’a pu faire mieux qu’un match nul (0-0), samedi à Strasbourg, lors de la première journée de Ligue 1.

Comme l’an passé face à Sedan, l’OM aura ainsi démarré sa saison par un 0-0 chez un promu.  Un résultat qui cette fois ci ne plaît guère à l’entraîneur marseillais Albert Emon, qui samedi, attendait autre chose de ses joueurs.

Plus droit à l’erreur

«L’équipe n’est plus en rodage, a-t-il rappelé dimanche matin à la Commanderie le technicien olympien. Cela fait quand même un mois et demi que nous avons repris l’entraînement!  On a tout simplement loupé notre match. On a manqué d’agressivité, d’inspiration. J’ai vu des joueurs amorphes. Honnêtement, du banc, je pensais qu’on avait plus de chances de perdre ce match que de le gagner. Si après Rennes, rien n’a changé, je n’aurais pas d’explication. On a le droit de manquer un match. Mais pas deux…».

Albert Emon aura maintenant toute la semaine pour remettre certains joueurs sur le droit chemin et éviter une désillusion au Vélodrome samedi. «Je suis sûr que ce sera différent face à Rennes. Nous allons présenter une toute autre partition » a-t-il assuré.

Nasri, vite!

Malgré une réelle solidité défensive caractérisée par la bonne forme du gardien Cédric Carrasso - auteur d’un arrêt décisif  face à Renteria peu après l’heure de jeu- et la belle entente de la charnière centrale Givet-Rodriguez, les Olympiens auront surtout manqué samedi de percussion et de génie dans l’animation du jeu. «Nous n’avons pas su mettre de rythme dans le match et il y avait beaucoup trop d’espace entre nos lignes» a d’ailleurs déploré Emon.

«On doit vraiment être plus incisif offensivement, a admis de son côté l’ex-Auxerrois Benoît Cheyrou. Face à Strasbourg, il nous a manqué la dernière passe ou le bon décalage pour servir nos attaquants dans les meilleures conditions». Seul Zenden, pourtant très discret lors des matchs amicaux, aura montré de belles choses à la Meineau. Dans ce contexte, le retour prévu de l’international Tricolore Samir Nasri (cheville) samedi face à Rennes, pourrait être salutaire. 

Un attaquant avant la fin de la semaine?

Après avoir laissé filé Bamogo à Nice, Maoulida à Auxerre et Pagis à Rennes, l’OM ne possède aujourd’hui dans son effectif plus que 2 véritables attaquants «buteurs»: Cissé et Niang. Touché au genou gauche en fin de première mi-temps à Strasbourg, l’international Sénégalais devrait vraisemblablement être absent des terrains pendant trois semaines. De quoi accélérer le recrutement d’un voire deux attaquants supplémentaires?  «On y pensait avant Strasbourg et on y pense encore plus maintenant» a reconnu Albert Emon dimanche matin.

Parmi les recrues potentielles, le nom du Nantais Mamadou Bagayoko (28 ans), déjà auteur de trois buts en deux matchs avec son club, revient avec insistance. Le Norvégien de Goteborg Marcus Berg (20 ans) et le Brésilien du Parana Josiel (26 ans), seraient également pressentis.