VIDEO. Federer met enfin un terme à l'invincibilité de Novak Djokovic

TENNIS Le Suisse a dominé le Serbe en deux sets et s'est qualifié pour les demi-finales du Masters mardi soir...

R.B. avec AFP

— 

Roger Federer a dominé Novak Djokovic au Masters le 17 novembre 2015.
Roger Federer a dominé Novak Djokovic au Masters le 17 novembre 2015. — Joe Toth/BPI/REX Shutte/SIPA

Roger Federer est le premier qualifié pour les demi-finales du Masters après avoir fait tomber Novak Djokovic, invaincu depuis 23 matchs, de son piédestal (7-5, 6-2), mardi à Londres.

«Je lui ai offert la victoire sur un plateau», a pesté le N.1 mondial et triple tenant du titre. Méconnaissable dans le second set, il aura tout intérêt à battre Tomas Berdych jeudi pour rejoindre lui aussi le dernier carré.

C'est son premier revers depuis le 23 août et la finale de Cincinnati, déjà perdue contre Federer qui peut, lui, déjà tranquillement préparer sa demi-finale de samedi.

38 matchs sans défaite en salle du Serbe

Djokovic avait depuis remporté 23 victoires de suite. En salle, il restait même sur une série d'invincibilité de 38 matchs en trois ans.

«C'est une grande victoire. Elle me donne confiance pour la suite du tournoi et aussi pour la saison prochaine, même si Novak reste le favori du tournoi», a commenté Federer.

Même si cette victoire ne lui offre aucun trophée, elle lui fait un bien énorme et il y puisera des raisons de croire en un septième titre au Masters.

Elle lui permet aussi de reprendre la tête de leur duel, avec 22 victoires contre 21 au N.1 mondial, qui a rattrapé une grande partie de son retard ces dernières années.

«J'étais loin de mon meilleur niveau», déplore Djokovic

Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés six fois cette saison. Que des finales, dont deux du Grand Chelem. Et Djokovic l'avait emporté à quatre reprises, notamment à Wimbledon et à l'US Open.

Inverser ou, du moins, freiner cette tendance était une priorité pour le Suisse avant d'aborder la saison 2016, sachant qu'à 34 ans, le format en deux sets gagnants s'y prête le mieux.

Le Masters est encore loin d'être terminé et, si jamais les deux hommes devaient se retrouver en finale dimanche, on peut parier que Djokovic y montrera un autre visage que celui affiché mardi (12 fautes directes en revers notamment).

«J'étais loin de mon meilleur niveau. Mon premier match ne pouvait pas être meilleur, le deuxième ne pouvait pas être pire», a déploré le Serbe.