Nike condamné à 67.500 euros d'amende pour avoir habillé une statue de Churchill

BASKET L'équipementier avait fêté de cette manière la qualification des Bleus pour les JO 2012...

R.B. avec AFP

— 

Nike avait habillé la statue de Churchill en 2011.
Nike avait habillé la statue de Churchill en 2011. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

La cour d'appel de Paris a condamné récemment l'équipementier américain de sport Nike et une société d'événementiel à verser au total 135.000 euros de dommages et intérêts au sculpteur Jean Cardot pour avoir, sans son accord, vêtu la statue de Churchill à Paris d'un maillot de basket, selon une décision consultée mercredi par l'AFP.

Le 19 septembre 2011, Nike souhaitait fêter l'accession en finale de l'équipe de France de basket-ball au championnat d'Europe (remporté par l'Espagne) et sa qualification pour les Jeux olympiques de 2012 à Londres.

Pour ce faire, la société Ubi Bene a revêtu la statue de Winston Churchill, de plus de trois mètres de haut, près des Champs-Elysées à Paris, d'un maillot géant Nike de l'équipe de France frappé du numéro 9, celui de Tony Parker.

Jean Cardot avait vu rouge et saisi la justice.

Dans un arrêt rendu le 19 juin, la cour d'appel de Paris a estimé qu'en détournant à des fins publicitaires la sculpture et en la dénaturant, Ubi Bene et Nike France ont porté atteinte au respect de l'oeuvre.

Chacune des deux sociétés a été condamnée à verser 67.500 euros au sculpteur. La cour d'appel a confirmé la mesure de publication d'extraits de la décision sur le site internet d'Ubi Bene.