Ligue 1: Willy Sagnol allume Aulas et ses «pressions» sur l'arbitrage

FOOTBALL Il estime que son équipe aurait dû bénéficier de deux pénalties...

N.C. avec AFP

— 

Willy Sagnol, lors du match Monaco-Bordeaux joué le 11 janvier 2015.
Willy Sagnol, lors du match Monaco-Bordeaux joué le 11 janvier 2015. — SIPA

L'entraîneur de Bordeaux, Willy Sagnol, a dénoncé les pressions «exercées par certaines personnes» envers les arbitres, samedi à l'issue du match Lyon-Bordeaux (1-1) de la 37e journée de Ligue 1, au cours duquel son équipe aurait dû obtenir selon lui deux penalties. «Il n'y a pas eu que la main de Lindsay Rose en fin de partie devant Nicolas Pallois qui aurait pu donner un penalty, mais il y a eu Diego Rolan qui a fait dix mètres dans la surface avec un Lyonnais sur les épaules», a estimé Sagnol en conférence de presse.

«Si on ne fait pas quelque chose dès à présent, ce n'est que le début de problèmes encore plus importants»

«Je suppose que nous aurons droit à un tweet dans les prochaines heures d'une certaine personne qui dira que l'arbitrage a encore été fantastique», a ironisé le technicien bordelais, en référence à la fameuse communication du président de Lyon, Jean-Michel Aulas actif le réseau social Twitter. «Les arbitres ont besoin d'être aidés. Aujourd'hui, ce qui s'est passé, c'est la conséquence de pressions imposées sur les arbitres par certaines personnes», a dénoncé l'ancien défenseur international.

«Si on ne fait pas quelque chose dès à présent, ce n'est que le début de problèmes encore plus importants. Mon attaque de ce soir vise certaines personnes qui font que, jour après jour, un climat délétère s'est instauré avec les arbitres», a-t-il prévenu. «Contre Lyon, on ne peut pas dire que Benoît Millot est malhonnête dans son arbitrage. Mais cela fait des mois que les arbitres entendent tellement de choses de la part des trois plus grands clubs français qui imposent une pression monstre sur l'arbitrage. Les arbitres ne peuvent plus diriger les matches de manière naturelle ou sans pression», a encore déploré Sagnol.