Coupe de France: Un triplé de Zlatan Ibrahimovic et le PSG s’offre une nouvelle finale

FOOTBALL Les Parisiens ont dominé les Stéphanois mercredi (4-1)…

Romain Baheux

— 

Ibrahimovic le 8 avril 2015 pendant le match PSG - Saint-Etienne en Coupe de France.
Ibrahimovic le 8 avril 2015 pendant le match PSG - Saint-Etienne en Coupe de France. — MARTIN BUREAU / AFP

Si on était taquin et de mauvaise foi, on expliquerait à Laurent Blanc qu’ajouter une finale de Coupe de France au programme de son équipe n'est pas la meilleure manière d’alléger un calendrier. Plus sérieusement, le PSG bénéficie, avec cette victoire contre Saint-Etienne (4-1) mercredi, de l’opportunité de réaliser un triplé national inédit dans l’histoire du football tricolore et d’offrir à ses dirigeants qataris le seul trophée hexagonal qui les fuit depuis leur arrivée aux manettes du club en 2011.

>> Revivez le match en live

Ibrahimovic passe la barre des 100

Les bonnes nouvelles de la soirée ne s’arrêtent pas à la perspective d’un second court voyage au Stade de France après la finale de la Coupe de la Ligue contre Bastia samedi. Un, Zlatan Ibrahimovic a inscrit un triplé (1-0, 21e, 3-1, 81e, 4-1, 90e+2) trois jours après un Classico désastreux, et comptabilise l’impressionnant total de 102 réalisations, soit le deuxième meilleur buteur de l'histoire du club derrière Pauleta, moins de trois ans après son arrivée. Deux, les Parisiens n’ont enregistré aucune nouvelle blessure dans la perspective de leur confrontation en Ligue des champions contre le Barça dans une semaine. Trois, Ezequiel Lavezzi s’est lui aussi surpris à marquer.

Encore maladroit en première période, l’Argentin a permis aux Parisiens de reprendre l’avantage de la tête (2-1, 60e). Ca tombait bien pour un PSG alors secoué par l’égalisation de Romain Hamouma (1-1, 25e) et par l’énorme raté de Mevlut Erding (32e), au goût très amer pour les supporters des Verts. Ceux du club parisien, dont l’équipe demeure la seule en Europe engagée dans quatre compétitions, ne se sont pas privés d’entonner un petit «on est en finale» dans les dernières minutes. Rendez-vous fin mai contre Auxerre.