Ligue 1: Le PSG se sort du piège défensif de Saint-Etienne

FOOTBALL Les Parisiens ont dominé les Stéphanois avec un but d'Ibrahimovic sur penalty...

A Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Maxwell au duel avec deux Stéphanois lors du match entre le PSG et Saint-Etienne le 25 janvier 2015.
Maxwell au duel avec deux Stéphanois lors du match entre le PSG et Saint-Etienne le 25 janvier 2015. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Saint-Etienne, Jérémy Laugier

Qu'il est loin le temps où un improbable scénario, initié par une monstrueuse boulette de Stéphane Ruffier, faisait prendre l'eau à Saint-Etienne contre le PSG. Car comme cela a été le cas il y a dix jours en Coupe de la Ligue (0-1), ce sommet de dimanche n’avait aucune chance de ressembler à la rencontre débridée (5-0) de la fin de l’été.

Il faut dire que les hommes de Laurent Blanc étaient à un tout autre niveau à l’époque, portés par un irrésistible Zlatan Ibrahimovic. Juste après avoir perdu un duel face à Stéphane Ruffier lors de la première véritable occasion du match à la 58e minute, le Suédois a eu le mérite de ne pas trembler pour inscrire le seul but de la rencontre sur penalty (1-0, 60e). Sans ce discutable coup de sifflet de Ruddy Buquet pour une épaule un peu basse de Jérémy Clément, les Verts auraient sans doute obtenu le nul visé.

Et si le titre jouait en partie à Gerland?

Stéphane Ruffier n’a concédé que deux buts lors des neuf dernières journées de championnat, ce qui est tout sauf un hasard. L’ASSE a décidément plus de chances de rafler le titre symbolique de meilleure défense d’Europe (14 buts concédés en 22 journées) que de proposer un jeu offensif chatoyant. La titularisation de deux attaquants de pointe, Ricky van Wolfswinkel et Mevlut Erding, n’était finalement qu’un leurre.

Sécurisée par un Thiago Silva enfin en mode patron, la défense parisienne n’a jamais été inquiétée. Plutôt serein, le champion de France en titre, qui a failli doubler la mise avec un lob d’Edinson Cavani sur la transversale (76e), maintient donc son écart de quatre points avec le leader lyonnais. Et si une partie du titre se jouait déjà dans leur affrontement direct à Gerland le 8 février?