Ligue 1: Yoann Gourcuff accepte de baisser son salaire à l'OL, «un moindre mal» selon Jean-Michel Aulas

FOOTBALL A défaut de prolonger le contrat de l’ancien bordelais, le président de l’OL a obtenu une réduction de ses émoluments…

Stephane Marteau

— 

Yoann Gourcuff et son président à l'OL Jean-Michel Aulas, en août 2010, lors de la répsentation du joueur à la presse.
Yoann Gourcuff et son président à l'OL Jean-Michel Aulas, en août 2010, lors de la répsentation du joueur à la presse. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Eliminé de la Ligue Europa, mal en point en championnat (17e) et peu actif sur le marché des transferts, l’OL, dont l’effectif est décimé par les blessures, va mal. Dans ce contexte morose, Jean-Michel Aulas tente depuis dimanche et la défaite à Metz (2-1) de rassurer son monde en affirmant que la situation sportive s’améliorera une fois que ses meilleurs éléments auront quitté l’infirmerie.

Le président de l’OL l’a encore répété, ce lundi, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a surtout livrer deux scoops: la prolongation de contrat d’Alexandre Lacazette (jusqu’en 2018) et la baisse des émoluments consentie par Yoann Gourcuff, le plus gros salaire de l’effectif. «Il a accepté, compte tenu des difficultés qu’il a rencontré ces derniers temps, de revoir les conditions de sa rémunération sur l’exercice» , a indiqué JMA, sans en dévoiler le montant. «C’est très significatif, s’est-il contenté de déclarer. C’est aussi un point important sur le plan de l’image et sur le plan de la gestion du club (…) Ca montre que tout le monde est intéressé à la bonne santé de l’OL.»

Son retour à la compétition est espéré contre Monaco

Ce n’était pourtant pas la solution envisagée dans un premier temps par Aulas. Celui-ci souhaitait en effet prolonger le contrat de l’ancien bordelais qui expire en juin prochain et qui apparait invendable en raison de ses blessures récurrentes. «Car quand on a un gros transfert et qu’on l’amorti sur une durée plus longue, on abaisse la valeur de l’amortissement», souligne le dirigeant rhodanien.

Mais selon lui «la baisse de salaire apparaît comme un moindre mal.» Il n’a cependant pas abandonné l’idée de poursuivre la collaboration avec son meneur de jeu. Mais il attend surtout qu’il renoue avec la compétition, quatre mois après son dernier match officiel disputé contre Lorient (0-1). «Pourquoi pas contre Monaco» (le 12 septembre), a indiqué Hubert Fournier qui a donné des nouvelles rassurantes du joueur, actuellement en phase de reprise. «Il a récupéré de sa blessure à la cheville. C’est une certitude. Tous les tests médicaux l’ont confirmé. Maintenant, il faut qu’il retrouve confiance dans ses aptitudes physiques, dans son corps qui l’a beaucoup fait souffrir depuis de nombreuses années à l’OL, afin de pouvoir enchaîner les entraînements et les matchs. Le dernier blocage se situe là.» Car pour ce qui est de son compte en banque, il n’a encore pas trop à se plaindre…