Procès Pistorius: Plaidoiries finales les 7 et 8 août

JUSTICE La défense de l'athlète paralympique en a terminé avec ses témoins...  

avec AFP

— 

Oscar Pistorius le 7 juillet 2014 au tribunal à Pretoria
Oscar Pistorius le 7 juillet 2014 au tribunal à Pretoria — Antoine de Ras Pool

Les plaidoiries finales au procès d'Oscar Pistorius, jugé depuis mars pour le meurtre de sa petite amie le 14 février 2013, se tiendront les 7 et 8 août, la défense en ayant fini avec ses témoins, a annoncé la juge mardi.

Des documents gardés sous le plus grand secret

La juge sud-africaine Thokozile Masipa a entériné les dates proposées d'un commun accord par l'accusation et la défense du champion paralympique sud-africain, qui devront lui transmettre leurs conclusions écrites respectives les jours précédents.

«L'affaire est donc renvoyée jusqu'au 7 et 8 août», a déclaré Mme Masipa, qui recevra le mémorandum écrit de l'accusation le 30 juillet et celui de la défense le 4 août, conformément à la procédure pénale sud-africaine. Elle a rappelé que ces documents étaient frappés du secret le plus strict. Quiconque transgressant la règle «nuit à la justice et est un voleur», a-t-elle prévenu.

Accident ou dispute?

«Comme il plaît au tribunal», a répondu l'avocat de Pistorius, Barry Roux, qui tente de convaincre que le meurtre de la jeune Reeva Steenkamp était un accident comme le soutient l'athlète.

Celui-ci affirme depuis le début qu'il croyait tirer sur un cambrioleur retranché derrière la porte fermée de ses toilettes, tandis que l'accusation dit qu'il l'a abattue après une dispute, s'appuyant sur des cris entendus par les voisins.

L'audience de mardi, la 39ème du procès qui a connu plusieurs interruptions pour des motifs variés, a duré moins de quinze minutes, l'avocat annonçant qu'il n'avait pas d'autres témoins à appeler à la barre. «Nous n'avons pas pu appeler certains témoins», a-t-il dit, affirmant que ceux-ci avaient refusé de témoigner même protégés par l'interdiction d'être montrés à l'écran dans ce procès retransmis par des médias du monde entier.