Mondial 2014: France-Allemagne, les dix raisons d’y croire pour les Bleus

FOOTBALL Le retour de Sakho, la fatigue allemande: on a des raisons d'y croire...

Bertrand Volpilhac

— 

Mathieu Valbuena face à l'Allemagne, en 2013
Mathieu Valbuena face à l'Allemagne, en 2013 — NIVIERE/SIPA

De notre envoyé spécial à Ribeirao Preto (Brésil)

OK, on a un peu galéré pour en trouver dix. Mais vous comprenez le principe: une Coupe du monde, ça se gagne dans la tête. Et avec une bonne méthode Coué, on peut se convaincre de tout. Même que la France n’a rien à craindre de l’Allemagne. Alors voilà pourquoi, en dix raisons.

1. Parce que les Allemands sont cramés physiquement

C’est déjà vendredi que Français et Allemands s’affrontent. Et en plus d’avoir joué quatre heures plus tard leur huitième de finale, les hommes de Joachim Löw se sont rajoutés une prolongation dans les jambes. «Je dois voir comment les joueurs récupèrent parce que c’était un match très fatiguant», se souciait déjà le sélectionneur allemand après la rencontre. A ce niveau-là, côté français, tout va bien: «J’ai un groupe qui est capable d’évoluer à haute intensité et de la maintenir», se satisfaisait Deschamps. Physiquement, les Bleus ont l’avantage.

2. Parce que les Bleus peuvent regarder l’Allemagne dans les yeux

«L’Allemagne a fait forte impression face à un Portugal qui était vraiment très faible et n’a pas confirmé derrière», nous expliquait il y a quelques jours l’ancienne gloire française Marius Trésor. A raison: après leur 4-0 initial face aux Cristiano boys, les Allemands ont peiné. Leur timide victoire face à l’Algérie le confirme, ils ne sont pas au mieux. D’ailleurs, pour l’instant, les Bleus ont une meilleure attaque (10 buts contre 9) et une meilleure défense (deux buts encaissés contre trois) que l’Allemagne.

3. Parce que la France n’a rien à perdre

Deschamps: «Même après les bonnes poules, une défaite contre le Nigeria aurait remis en cause pas mal de choses.» Et c’est ce qui explique sans doute une certaine crispation. Mais voilà désormais les Bleus libérés de cette pression. «On est déjà très satisfaits, c’est sûr, après on n’a pas envie de s’arrêter là, on peut aller très loin», assure Mathieu Debuchy. La Coupe du monde est réussie, les Bleus n’ont plus à avoir peur. «Cette qualification nous fait du bien, poursuit Deschamps. Elle nous donne confiance et sérénité.»

4. Parce que depuis 27 ans, la France n’a été battue qu’une fois par l’Allemagne

Séville 82 tout ce que voulez, Guadalajara 86 encore plus, peu importe, les statistiques parlent en faveur de la France. Dans l’histoire des confrontations entre ces deux nations, les Bleus l’ont emporté 11 fois, pour 9 défaites et 5 nuls. Mieux: Depuis 1987, la France n’a perdu qu’une fois face à l’Allemagne, en 7 confrontations. Bon, le problème, c’est que c’était lors du dernier match, l’an passé au Stade de France (2-1).

5. Parce que Benzema a déjà marqué contre Neuer cette année

Le portier allemand Manuel Neuer est sans doute un excellent gardien, peut-être même le meilleur du monde, mais Karim Benzema n’a pas de quoi avoir peur. Dans leur duel cette saison, l’attaquant français a même pris un avantage certain en marquant le premier du Real Madrid face au Bayern en demi-finale de Ligue des champions. Au score psychologique: France 1, Allemagne 0.

6. Parce que Sakho revient

Blessé aux ischio-jambiers face au Nigeria, Mamadou Sakho sera de retour pour affronter l’Allemagne, a assuré Didier Deschamps. Ce mardi, il s’est entraîné normalement et devrait faire son retour dans le onze de départ face à l’Allemagne, prêt à imposer sa puissance et marquer le but vainqueur de la tête sur corner à la 119e.

7. Parce que les Bleus sont vernis

Dans cette Coupe du monde, tout sourit aux Bleus. Entre un tirage au sort des poules très favorable, une répartition géographique des matchs optimales – aucun déplacement à faire dans les zones rudes du nord du pays – ou encore les décisions arbitrales en sa faveur, l’équipe de France est pour l’instant vernie. «La chance… Il en faut, s’amuse Deschamps. Mais on fait tout pour que ça tourne en notre faveur aussi.»

8. Parce qu’en 82, «les joueurs n’étaient même pas nés»

Dans l’esprit de beaucoup, France-Allemagne reste un double traumatisme. Deux défaites en demi-finale, dont une cruelle à mourir en 82. Et alors? «Joachin Low a bien raison de dire qu’il ne sert à rien de parler de ses matchs aux joueurs, coupe Deschamps. Ils n’étaient pas nés. Si je leur parle de 2006, OK. Il y a des vidéos d’archive, c’est vrai, mais les vidéos, on les utilise pour autre chose. Il faut vivre avec son temps. Ça fait partie de l’histoire, on ne va pas faire les vieux combattants».

9. Parce que la France va pouvoir jouer en contre

Et qu’elle adore ça. Face à la Suisse, loin d’être aussi faible qu’on voulait l’imaginer, les Français ont été monstrueux en contre-attaque. Face à l’Allemagne, habituée à faire tourner le ballon, ça devrait aussi être le cas. «On s’attend à des matchs ou on aura un peu moins de possession», explique ainsi Yohan Cabaye. Valbuena et Benzema en salivent déjà.

10. Parce qu’un jour, en Allemagne, Valbuena fait ça: