Grand Prix de Monaco: Une enquête ouverte sur la pole position de Nico Rosberg

FORMULE 1 Accusé d’être parti volontairement à la faute...

avec AFP

— 

Nico Rosberg lors qualifications du Grand Prix de Monaco le 24 mai 2014.
Nico Rosberg lors qualifications du Grand Prix de Monaco le 24 mai 2014. — Luca Bruno/AP/SIPA

L’Allemand Nico Rosberg (Mercedes)  est «sous investigation», a annoncé la direction de course quelques minutes après les qualifications dans lesquelles le pilote a pris le meilleur sur son coéquipier Lewis Hamilton grâce à un chrono de 1 min 15 sec 989/1000, suivi d'une faute aux conséquences favorables pour lui.

En partant à la faute à Mirabeau alors qu'il faisait une dernière tentative pour améliorer son meilleur chrono, en pneus super-tendres, l'Allemand a en effet provoqué la sortie des drapeaux jaunes et donc empêché le Britannique, vainqueur des quatre derniers GP, de boucler lui aussi un dernier tour rapide, pour tenter de lui ravir la précieuse «pole».

«Je n'ai vraiment pas fait exprès. J'ai bloqué les roues et j'ai pensé que j'allais taper dans le mur de pneus. C'était juste, mais j'ai réussi à prendre l'échappatoire. Je savais que j'avais déjà un bon chrono mais j'ai essayé d'attaquer un peu plus et j'ai dépassé la limite», a dit Rosberg après coup.

Lewis Hamilton dépité

«J'ai pensé que c'était fichu, que quelqu'un allait faire un meilleur chrono. Je suis désolé pour Lewis, bien sûr, mais c'est comme ça. Et je suis vraiment heureux d'être encore en pole à la maison», a-t-il ajouté. En 2013, il était parti en pole et avait gagné en Principauté pour la première fois de sa carrière.

Hamilton, champion du monde 2008, n'a pas voulu s'attarder face aux questions des journalistes lors de la conférence de presse qui a suivi cette séance sans grand suspense: «J'étais deux dixièmes plus vite (que Rosberg) dans ce tour», a juste dit le Britannique, coupé dans son élan. Dépité, il n'a pas félicité son coéquipier et ami.

L'écurie Mercedes-AMG a été convoquée à 17h15 par les commissaires qui devront ensuite examiner les données informatiques pour déterminer si la faute de Rosberg était intentionnelle, ou non. Si elle est validée, ce sera la 6e pole position de la carrière de l'Allemand en F1 et sa 2e cette saison, après celle de Bahreïn.