Equipe de France: Sans Mandanda, les Bleus n’ont plus de numéro 2

FOOTBALL Qui sera le remplaçant d’Hugo Lloris?…

B.V.

— 

Montage: Stéphane Ruffier (d) et Mikaël Landreau.
Montage: Stéphane Ruffier (d) et Mikaël Landreau. — SIPA

Didier Deschamps n’a même pas eu le temps d’exprimer sa tristesse pour Steve Mandanda que la question lui était déjà posée. Qui de Stéphane Ruffier ou de Mickaël Landreau va prendre la place du gardien marseillais, forfait pour la Coupe du monde, dans la hiérarchie des portiers de l’équipe de France? «Vous connaissez les trois qui seront dans la liste, tempère-t-il. Attendez d’abord que Stéphane et Micka nous rejoignent, mercredi. Je vais discuter avec eux et par la suite vous saurez, le plus rapidement possible.»

Ce n’est pas une affaire d’Etat, bien sûr, il ne s’agit après tout que d’un poste de remplaçant. Mais le choix du sélectionneur s’annonce aussi douloureux que politique. Interrogé sur le sujet, le titulaire du poste et capitaine des Bleus Hugo Lloris préfère d’ailleurs boxer des deux poings: «Le sélectionneur fait ses choix. Que ce soit Micka ou Stéphane, ce sont deux grands pros.» Certes. Sportivement, sans aucun doute, le Stéphanois est en meilleure forme que Landreau, dont la retraite est déjà programmée. Mais il n’était qu’un simple réserviste au moment de l’annonce de la liste, et n’aurait pas dû participer à cette Coupe du monde. Compliqué.

Landreau meilleur 3e?

A moins que la question ne soit pas de savoir qui sera le deuxième gardien, mais plutôt le troisième. «C’est un rôle ingrat, décrit DD. S’il y en a un au départ sur les 23 qui est quasiment sûr de ne pas jouer, c’est celui-là. Paradoxalement, c’est celui qui va être le plus sollicité, qui va faire des séances supplémentaires, quoi doit faire en sorte de mettre dans les meilleures conditions le 1 ou le 2. Humainement, ce n’est pas évident.»

Sauf pour un gardien expérimenté, dont les qualités d’ambianceur de vestiaire et de grand frère sont unanimement reconnues. Apprécié de ses partenaires, Landreau avait récemment expliqué que pour aller au Brésil, il valait mieux être le «meilleur troisième gardien que le troisième meilleur gardien». Le rôle semblait alors fait pour lui. Mais ça, c’était avant la blessure de Steve Mandanda…