Tennis: L'entraineur mis en examen pour viol fixé sur son sort lundi

JUSTICE Il saura s'il reste en prison ou non...  

avec AFP

— 

Balle de tennis. Photo d'illustration.
Balle de tennis. Photo d'illustration. — MYSTY/SIPA

La justice se prononce lundi sur un éventuel maintien en détention d'Andrew Geddes, l'entraîneur de tennis mis en examen pour des viols répétés entre 1999 et 2005 sur trois anciennes joueuses du club de Sarcelles, des faits qu'il a partiellement reconnus.

L'homme, âgé de 48 ans, a été dans un premier temps incarcéré le 8 mai pour une durée de quatre jours, dans la foulée de sa mise en examen pour «viols et agressions sexuelles» sur trois mineures âgées de 12 à 17 ans au moment des faits.

Un viol reconnu par l'homme inculpé

Les agressions se sont déroulées notamment à Paris, à La Baule (Loire-Atlantique), dans les Hauts-de-Seine et le Val-d'Oise, tantôt au domicile de l'entraîneur, dans sa voiture, dans les locaux du club de Sarcelles où il a travaillé entre 1998 et 2007, tantôt lors de déplacements pour des matchs et des tournois.

Andrew Geddes a admis lors de sa garde à vue un viol dans un cas particulier, évoquant pour le reste des relations consenties même si elles n'étaient «pas normales».

Il reconnaît avoir exercé des violences physiques et psychologiques sur les adolescentes. «Il a porté des coups, a filmé l'une d'entre elles en train de lui faire une fellation et menacé la jeune fille de diffuser la vidéo», a relevé le procureur de la République de Nanterre, Robert Gelli, qui met en avant une «certaine perversité» de cet homme sans antécédent judiciaire.

Cette nouvelle affaire ternit l'image du monde du tennis, déjà éclaboussé par le scandale Régis de Camaret, cet entraîneur condamné en appel en février à dix ans de prison pour les viols aggravés sur deux anciennes élèves mineures.