Ligue 1: Le PSG en finit avec sa bête noire stéphanoise

FOOTBALL Les Parisiens ont disposé des Verts dimanche (2-0)...

Romain Baheux (au Parc des princes)

— 

Zlatan Ibrahimovic lors du match entre Monaco et le PSG le 9 février 2014.
Zlatan Ibrahimovic lors du match entre Monaco et le PSG le 9 février 2014. — VALERY HACHE / AFP

Ça ne donnera pas beaucoup plus de valeur à son probable deuxième titre de champion consécutif mais le PSG en a fini avec deux choses dimanche soir: il a enfin réussi à battre Saint-Etienne en championnat, une première depuis mai 2012, et a vaincu l’un de ses trois poursuivants en Ligue 1, après des essais infructueux contre Monaco à deux reprises, Lille et ces mêmes Stéphanois.

>> Tous les résultats et le classement complet par ici

Zlatan, l’homme du record
 

Sa victoire (2-0), Paris la doit en bonne partie à un homme, toujours le même, incontournable cette saison. Auteur d’un doublé, Zlatan Ibrahimovic empile les buts quasiment sur commande. Ses quarante réalisations  avec le PSG depuis le début de la saison lui permettent de ravir le record de l’Argentin Carlos Bianchi, ex-meilleur marqueur en un exercice toutes compétitions confondues pour le club parisien en 1977-1978. Au mois de mars, le chiffre donne le vertige et illustre l’impact de la star du PSG sur son équipe.

>> Un match à revivre en live comme à la maison, par ici

Adversaire pénible pour les hommes de Laurent Blanc à l’aller (2-2), Saint-Etienne n’a pourtant rien fait pour aider le Suédois à entrer un peu plus dans l’histoire de ce club. Dès qu’il l’ont pu, les Verts ont tenté de bousculer la machine parisienne mais ont soit été privés de ballons exploitables – en première mi-temps – ou ont manqué de réalisme malgré une bonne seconde période contre un PSG gestionnaire. Candidat à la Ligue des champions, Saint-Etienne avait l’occasion de se rapprocher de Lille, troisième, s’il parvenait à confirmer ce statut de bête noire du club de la capitale. C’est raté mais on a connu des réputations plus facilement défendables.