Sotchi 2014: Une pétition pour changer les résultats du patinage féminin

Julien Laloye

— 

Adelina Sotnikova, le 20 février 2014 à Sotchi.
Adelina Sotnikova, le 20 février 2014 à Sotchi. — NEWSCOM/SIPA

De notre envoyé spécial à Sotchi,

Que seraient les JO sans leur petit scandale de la quinzaine au patinage artistique? Bien peu de choses en effet. Douze ans après Salt Lake et malgré un système de jugement revu de fond en comble, c’est toujours open bar niveau notation. A Sotchi, c’est même vodka à volonté, tellement les notes s’envolent quand les Russes passent sur la glace. Nathalie Péchalat et Fabien Bourzat, quatrièmes en danse sur glace, s’étaient déjà émus des sept points pris par leurs adversaires locaux entre l’épreuve par équipe et l’individuelle. Epreuve par équipe dont il s’était murmuré qu’elle avait été bidonnée dès le départ par un arrangement américano-russe.

«Adelina est celle qui a réalisé le meilleur programme»

Cette fois, c’est une pétition qui circule pour annuler la victoire d’Adelina Sotnikova jeudi chez les filles. Plus d’1,6 million de signatures moins de 24 heures après sa mise en ligne. Il faut dire que la jeune fille a fait fort. Dix-huit points de plus aux Jeux par rapport à son meilleur score de l’année, on frise le génie. C’est d’ailleurs bien comme ça qu’il faut le voir, pour Teri Tutberidze, le coach de l’autre Russe engagée, Youlia Lipnitskaïa. «Adelina a sorti le meilleur patinage de sa vie. Elle a parfaitement exécuté tous les éléments. J’ai beaucoup de respect pour Yuna [Kim, la Coréenne, deuxième], mais Adelina est celle qui a réalisé le meilleur programme.» En Corée, on est évidemment assez peu d’accord, encore moins après analyse scrupuleuse du panel de juges.

Alla Shekhovtsova, tirée au sort pour noter le programme libre, a en effet la délicieuse particularité d’être également la femme du président de la fédération russe, une coïncidence facheuse pour les médias coréens qui n’ont pas hésité à parler «d’une notation spéciale Poutine», et ce même si les notes sont anonymes. «Je trouve indécent de parler de ça, s’énerve Tutberidze. Alla est une juge expérimentée qui est sur les compétitions depuis plusieurs années. Personne ne s’est jamais plaint d’elle.» Même pas Yuna Kim, un peu déboussolée par sa deuxième place, mais respectueuse du système jusqu’au bout. «Les notes sont décidées par d’autres personnes et il n’y a rien à faire contre ça.»