Luka Karabatic: Du tennis à l’Euro de handball

HANDBALL Le frère de Nikola Karabatic, qui dispute sa première compétition avec les Bleus, est un ancien grand espoir du tennis tricolore...

Loïc Bécart
— 
Luka Karabatic au Mans lors du match de Golden League entre la France et la Norvège, le 7 janvier 2014.
Luka Karabatic au Mans lors du match de Golden League entre la France et la Norvège, le 7 janvier 2014. — JEAN-FRANCOIS MONIER

Karabatic est un nom inévitablement associé à l’équipe de France. Il y a bien sûr Nikola, présent chez les Bleus depuis 2002 et qui a tout raflé avec la génération des «Experts». Lors de cet Euro au Danemark, il faut aussi compter avec Luka, le petit frère.

Le pivot de 25 ans dispute sa première grande compétition internationale avec l’équipe de France, qui affronte la Biélorussie mardi (18 heures). Pourtant, le cadet des Karabatic a explosé sur le tard sur les parquets de hand. C’est en effet sur les courts de tennis qu’il a d’abord sévi. «J’ai joué un peu au hand tout petit, avant d’arrêter vers l’âge de 7 ans», se souvient le fils de Branko Karabatic, ancien international yougoslave. Et c’était alors parti pour 13 années de petite balle jaune.

Champion de France

Au cours de cette période, Luka Karabatic se fait une renommée, avec pour entraîneurs marquants Philippe Rançons et Jean-Luc Mas. A 11 ans, il obtient un titre de champion de France par équipe et devient un des trois meilleurs joueurs français de sa catégorie. Plus tard, il intègre même le pôle France de Boulouris. «Un problème de croissance m’avait freiné dans ma progression à ce moment-là», raconte le gaillard de 2,02m. «Il n’est resté qu’un an, se souvient son agent Bakhti Ong, qui suit la fratrie Karabatic depuis plus de dix ans. Il voulait préparer son bac dans de bonnes conditions et est retourné à Montpellier. La fédération y a détaché un entraîneur national pour lui.»

A 19 ans, Luka Karabatic est encore classé -4/6 d’après le barème de la Fédération française de tennis. En termes moins abstraits, il est un des 150 meilleurs meilleurs joueurs français, tous âges confondus, et un grand espoir du tennis tricolore. Mais à ce moment, alors qu’il obtient son meilleur classement, le natif de Strasbourg estime être arrivé à la fin de son parcours tennistique.

Il décide de tourner la page et de revenir tout naturellement au handball. «Au tennis, les gens avaient beaucoup misé sur moi. Alors quand je suis revenu au hand, ça a suscité beaucoup d’interrogations, affirme-t-il. Mais je savais ce que je faisais.»

Suspension dans l’affaire des paris suspects

Conseillé par sa famille et Frédéric Anquetil, entraîneur de la réserve de Montpellier qu’il rejoint, Luka Karabatic franchit rapidement les échelons entre 2007 et 2012, la période de domination sans partage des Montpelliérains sur le hand français. «Le tennis et le hand sont complémentaires, estime Bakhti Ong. Luka a gardé cette qualité dans les déplacements latéraux et analyse vite les trajectoires de balles.» Il connaît sa première sélection sous le maillot bleu en Argentine, en 2011.

Mais en 2012, le nom de Luka Karabatic fait la une, étant impliqué dans l’affaire des paris suspects sur le match Cesson - Montpellier. Si son frère Nikola a été relaxé en appel, Luka a écopé de six matches de suspension pour cette affaire.

Depuis, celui qui porte le n°22 chez les Bleus a rebondi à Aix-en-Provence, au point d’être sélectionné par Claude Onesta pour l’Euro. Et après ? «Les Jeux Olympiques de Rio,  je n’y pense pas encore, assure Luka Karabatic. Ca me fait bien sûr rêver mais ça demande du travail. Je suis encore un petit dans cette équipe.»