Tour de France 2013: Christopher Froome, le début d'une domination?

Romain Baheux

— 

Le Britannique Christopher Froome, vainqueur du Tour de France 2013.
Le Britannique Christopher Froome, vainqueur du Tour de France 2013. — JOEL SAGET / AFP

Au moment de célébrer un coureur qui remporte son premier Tour de France, on a toujours tendance à s’interroger sur la catégorie où il convient de le ranger. Avec les coureurs opportunistes dont le sacre a représenté l’acmé de leur carrière, comme Carlos Sastre ou Cadel Evans, avec les coureurs capables de doubler la mise à l’instar d’Alberto Contador en 2007 et 2009 ou de s’aventurer à le ranger comme un possible héritier des quintuples vainqueurs, Anquetil, Merckx ou Indurain? Dans le cas de Christopher Froome, sacré ce dimanche, il convient déjà de se tourner vers l’année prochaine pour un possible doublé du leader de la Sky.

Impressionnant en montagne, excellent en contre-la-montre, Froome possède les qualités de base du collectionneur de Grand Tour. Des atouts qui reléguent le deuxième au général, le Colombien Nairo Quintana, à plus de cinq minutes. «Sur ce qu’il a montré cette année, Froome est au-dessus du lot, souligne le double vainqueur de la Grande Boucle Bernard Thévenet. On n’a pas vraiment vu de coureurs capables de rivaliser avec lui à part peut-être Quintana.» «Il a montré une très grande maîtrise tout au long de la course, abonde Stephen Roche, vainqueur du Tour en 1987. Il a su gérer une pression énorme.»

La concurrence va s’améliorer

A 28 ans, le Britannique aura encore de nombreuses opportunités d’enrichir son palmarès. «La maturité des coureurs arrive vers trente ans», glissait-il samedi soir en conférence de presse en réponse à une question sur son avenir. Son principal défi va être maintenant de conserver ce niveau. «Je me demande combien de temps il va pouvoir supporter le régime d’entraînement de la Sky, poursuit Thévenet. Il a fait énormément de sacrifices et a eu une vie de moine pour atteindre son objectif. Dans son équipe, Wiggins a fini par péter un câble. Si son mental arrive à suivre, il sera encore là pour un bon moment.»

Intouchable sur ce Tour, Christopher Froome devra faire face à une opposition sans doute plus importante à l’avenir. Deuxième à seulement 23 ans, Nairo Quintana a les armes pour devenir un concurrent très sérieux s’il s’améliore en contre-la-montre. Sans oublier le vainqueur du dernier Tour d’Italie, l’Italien Vincenzo Nibali. «La suite ne va pas être facile pour lui, estime Stephen Roche. On a Quintana mais je pense aussi que des coureurs comme Roman Kreuziger ou Bauke Mollema vont être là pour un bout de temps et vont le gêner.» Et l’empêcher de rejoindre la catégorie des terreurs du Tour?