Homophobie dans le foot: «Il y aurait peut-être des chambrages au début», assure José Saez (Valenciennes)

FOOTBALL Le milieu de terrain de Valenciennes réagit à l'étude sur l'homophobie dans le football initiée par le paris Foot Gay...

Propos recueillis par François Launay

— 

Le milieu de terrain du VAFC, José Saez, photographié ici place de l'Opéra à Lille le 6 mars 2013.
Le milieu de terrain du VAFC, José Saez, photographié ici place de l'Opéra à Lille le 6 mars 2013. — M.LIBERT/20MINUTES

Comment les footballeurs parlent entre eux de l’homosexualité?  A en croire José Saez, milieu de terrain à Valenciennes, le sujet n’est jamais abordé dans un vestiaire. Où les homos ne semblent jamais avoir existé.

Y-a-t-il vraiment beaucoup d’homophobes dans un vestiaire de foot?

Je ne pense pas. Déjà on n’en parle pas spécialement. Et puis, je ne sais pas s’il y a des homos dans un vestiaire de foot. En tout cas, ils n’en parlent pas ou ne se manifestent pas. Même si ce ne serait pas dérangeant. Tant que tout le monde le sait. Chacun son truc. 

Avez-vous connu des coéquipiers homosexuels?

Non ou alors on ne me l’a pas dit. J’ai entendu quelques rumeurs sur certains joueurs dans le milieu du foot mais c’est tout. Mais après je pense qu’il doit y en avoir, comme à tous les niveaux de la société 

Si un joueur se déclarait homo, comment ce serait perçu dans le vestiaire?

Je pense que ça se passerait normalement. Il y aurait peut-être des chambrages au début mais après, chacun son truc. Chacun est comme il est. C’est la vie. Moi, ça ne me poserait aucun problème. J’ai des personnes homos et lesbiennes dans mon entourage. 

Vous ne le regarderez donc pas de façon particulière?

Non. Vous savez, dans les douches, on est tous à poil, on se lave et après on rentre chez nous. Il n’y a pas ce mythe de la savonnette (rires). 

Ce n’est donc pas un sujet tabou?

Non. Mais vous savez, dans un vestiaire, on parle plus de voitures, de télés et de femmes plutôt que des gays. C’est comme ça.