Le PSG va-t-il lâcher son match à Rennes pour bien préparer Barcelone?

Romain Baheux

— 

Jérémy Ménez, entré en jeu contre Barcelone en Ligue des champions, pourrait débuter le match à Rennes samedi.
Jérémy Ménez, entré en jeu contre Barcelone en Ligue des champions, pourrait débuter le match à Rennes samedi. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Ce n’est pas vraiment sur la route pour aller en Catalogne mais il faudra bien y passer. Avant de défier le Barça mercredi pour tenter d’arracher son billet pour une demi-finale de Ligue des champions, le PSG est rappelé à ses impératifs domestiques avec un déplacement à Rennes samedi après-midi. Coincée entre les deux matchs les plus importants de la saison parisienne, la rencontre constitue un souci supplémentaire pour Carlo Ancelotti, affairé à préparer ses hommes pour le deuxième round contre les Barcelonais.

«Dans ce contexte, le problème dépend toujours des joueurs dont vous disposez, analyse Guy Lacombe, ancien entraîneur du PSG. Carlo Ancelotti a un effectif doublé à de nombreux postes. Je pense qu’il va procéder à un turn-over pour faire souffler des joueurs en vue du match contre Barcelone.»

«Ils ne vont pas faire le match de leur vie contre Rennes»

En Bretagne, le technicien italien pourrait lancer d’entrée Jérémy Ménez, Mamadou Sakho, Gregory van der Wiel, Clément Chantôme ou Kevin Gameiro afin de préserver ses cadres en vue du rendez-vous européen. «C’est logique que l’entraîneur fasse souffler des joueurs dans cette situation, abonde Patrick Müller, défenseur de Lyon au moment de la suprématie rhodanienne. Le problème est plus physique que psychologique dans ces enchaînements. Honnêtement, on ne levait pas particulièrement le pied avant un match de Coupe d’Europe. Pour être en confiance, c’est même mieux de faire un bon résultat juste avant.» La possibilité que certains joueurs, censés être titulaires lors du quart de finale retour, ne donnent pas tout samedi n’est pas à écarter. «Ils ne vont pas faire le match de leur vie contre Rennes», admet Guy Lacombe. «S’ils gagnent 2-0, ils ne feront pas des courses de soixante mètres pour aller mettre le troisième», souligne l’ex-Lyonnais Bryan Bergougnoux, qui a connu les campagnes de l’OL en C1 au début de la décennie 2000.

Avec sept points d’avance sur l’OM, qui affronte Bordeaux vendredi, le PSG peut même se payer le luxe de perdre en Bretagne sans mettre en péril ses chances d’être sacré champion de France en fin de saison. Quitte à redonner de l’espoir à ses poursuivants. «Ils peuvent aborder le match sereinement avec l’avance qu’ils ont en Ligue 1 mais ils ne vont pas le balancer», prévient Guy Lacombe. «Même si le scénario du match ne tourne pas en leur faveur, ceux qui seront alignés vont quand même vouloir montrer ce qu’ils valent et ne lâcheront pas le match», explique Bergougnoux. Pour tenter de s’inviter parmi les cadors mercredi soir.