Open d’Australie: Bernard Tomic veut prendre sa revanche sur Roger Federer

Quentin Thomas

— 

L'Australien Bernard Tomic à l'Open d'Australie le 15 janvier 2013.
L'Australien Bernard Tomic à l'Open d'Australie le 15 janvier 2013. — PETER PARKS / AFP

«Le moment parfait» pour affronter Roger Federer. Bernard Tomic ne mâche pas ses mots. Le jeune Australien, vainqueur de Daniel Brands au 2e tour de l’Open d’Australie, est en pleine confiance avant d’affronter l’ancien numéro un mondial, samedi, et entend bien le montrer. Dix victoires en dix matchs depuis le début de l’année. Difficile de faire mieux pour Bernard Tomic. Après  une saison 2012 compliquée, le joueur de 20 ans confirme enfin son statut de grand espoir du tennis australien.

Depuis sa défaite en huitième de finale à Melbourne contre Roger Federer (6-4, 6-4, 6-2) l’année dernière, le joueur semblait s’être perdu dans ses travers. Si Bernard Tomic est connu pour la qualité de son service, il l’est aussi pour son tempérament fantasque et provocateur sur et en dehors des courts. Arrêté pour un simple contrôle routier en janvier 2012, l’Australien ne trouve rien de mieux que de s’enfuir à 250 km/h. Il sera condamné à  un an  de mise à l’épreuve. Ses déboires avec la justice ne s’arrêtent pas là. En octobre, le soir de son anniversaire, il fait les gros titres de la presse australienne pour s’être battu dans un jacuzzi.

Un futur numéro un mondial

Provocateur dans la vie, Bernard Tomic est aussi nonchalant sur le terrain. Sa piètre performance en Coupe Davis contre l’Allemand Florian Mayer en barrage lui vaudra sa place en équipe d’Australie. Pourtant, celui qui avait gagné l’Open d’Australie espoir à 15 ans ne s’excuse pas et plonge dans la provocation… une fois de plus: «Je n'ai jamais dit que j'allais jouer la Coupe Davis […] Je vais utiliser ce temps pour l'entraînement et me préparer pour les tournois américains. Je vais prouver que je vais devenir un jour le meilleur joueur de ce sport.»

Aujourd’hui, l’humilité et la discrétion ne sont toujours pas les points forts du joueur, qui manque parfois de respect à ses adversaires: «Daniel Brands a très bien joué, je ne m’attendais pas à ça», a-t-il déclaré après sa victoire ce jeudi. En même temps, il a de quoi bomber le torse. Victorieux de Novak Djokovic en exhibition, puis vainqueur du tournoi de Sidney samedi, Bernard Tomic renoue avec le haut niveau.  «Je ne vois pas qui, dans sa génération, est meilleur que lui», va même jusqu’à affirmer dans L’Equipe, son entraineur et père John Tomic qui voit en son fils un «futur numéro un mondial d’ici trois ans». Il va maintenant falloir le prouver.