Lille/Rio Mavuba: «Un sentiment de honte et d'impuissance»

FOOTBALL Le millieu lillois, entré à la pause, n'a pu que constater les dégâts face au Bayern (6-1)...

Propos recueillis par François Launay

— 

Rio Mavuba, joueur du LOSC.
Rio Mavuba, joueur du LOSC. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Entré à la pause lors de la déroute du Losc mercredi à Munich (6-1), Rio Mavuba, le capitaine du Losc a fait son retour sur les terrains après un mois d'absence. Il revient sur le match cauchemardesque de son équipe humiliée et éliminée de la Ligue des champions...

>> Le match à revivre en live comme à la maison

Comment avez-vous vécu cette première mi-temps catastrophique?

C’était très dur. On n’ avait presque pas de mots tellement ça enchaînait. Il y a un sentiment d’impuissance mais aussi de honte. Tu prends cinq buts en quarante minutes, forcément tu te sens pas bien. C’est malheureux et ça nous embête beaucoup.

Le match aller n’a-t-il pas été trompeur?

C’est vrai qu’après coup, on se demande si le Bayern n’a pas géré au match aller en menant 1-0. On a vu là qu’ils accéléraient à chaque action et même à 5-0, ils ne lâchaient rien. C’est la mentalité allemande. On a senti que le Bayern était l’un des meilleurs clubs du monde.

On a l’impression que le fossé se creuse en Ligue des champions entre les grands clubs européens et les équipes françaises…

Aujourd’hui, à part le PSG, c’est compliqué pour les clubs français. On s’est battu pour faire cette Ligue des champions mais quand tu te qualifies, tu perds aussi tes meilleurs joueurs à chaque fois. Du coup, l’année d’après, c’est encore plus compliqué de rivaliser avec des équipes comme le Bayern. On avait un autre combat à faire contre les deux autres équipes du groupe (Borisov et Valence) mais on les a aussi perdus.

Ce n’est pas un peu frustrant voire deséspérant de voir que la marche est trop haute pour Lille en Ligue des champions?

Bien sûr que c'est frustrant. Depuis que je suis là, je sens club monte en puissance sauf en Ligue des champions où on a du mal à franchir ce cap. Il va falloir essayer de la jouer régulièrement mais ce n'est pas simple de garder un collectif chaque année. En championnat , on arrive à tenir la route mais en Ligue des champions, ça devient de plus en plus compliqué.