BPI FRANCE

Comment j'ai rebondi après avoir fermé ma boîte

Entreprise Pour beaucoup de créateurs, l'entrepreneuriat est souvent bien plus qu'une simple activité professionnelle. C'est aussi un engagement de tous les instants au service de son projet et de ses idées. Même quand l'aventure s'arrête, il est possible de rebondir en valorisant son parcours et en plaçant son énergie au service d''autres projets

Baptiste Roux Dit RIche - 20 Minutes Production
— 
Dès lors comment écrire la suite ? Après quelques hésitations, l'entrepreneuse décide finalement de poursuivre son aventure dans la filière du tourisme.
Dès lors comment écrire la suite ? Après quelques hésitations, l'entrepreneuse décide finalement de poursuivre son aventure dans la filière du tourisme. — GettyImages

« Aujourd'hui j'ai un travail qui me plait et dans lequel j'ai l'impression de continuer à innover, à transformer le secteur du tourisme. Bien sûr, ça n'a pas été pas si simple de tourner la page, mais j'apprécie mon nouveau rôle et mon nouvel environnement ». Directrice d'une agence de voyages à Paris, Axelle Aloïsio est la preuve indiscutable qu'il est possible de s'épanouir en tant que salarié lorsqu'on a été précédemment à la tête de sa propre affaire. A condition néanmoins de trouver le bon poste et la bonne entreprise dans laquelle rebondir. Pour l'ex-chef d'entreprise, la transition débute en avril dernier. Après huit ans d'activité soutenue, elle décide, avec son associée, de fermer définitivement son entreprise « Dessine-moi le Monde » qui proposait un service de voyages sur mesure avec conciergerie à la clé à une clientèle haut de gamme. « La crise sanitaire a perturbé notre activité durant de longs mois. Nous avons décidé de mettre un point final à l'entreprise en octobre 2020, mais la procédure a pris un peu de temps. Nous tenions à licencier nos deux salariés dans de bonnes conditions et à rembourser tous nos clients avant de penser à notre avenir personnel. »

Se relancer dans un secteur familier

Dès lors comment écrire la suite ? Après quelques hésitations, l'entrepreneuse décide finalement de poursuivre son aventure dans la filière du tourisme. Un secteur qui l'a toujours passionné et qui affronte aujourd'hui l'immense défi de se réinventer après la crise sanitaire. De quoi trouver un terrain de jeu idéal pour une professionnelle expérimentée et inspirée. « Dans un contexte instable, j'ai pensé que des professionnels du tourisme pourraient être intéressés par mon expertise. Le concept de conciergerie que nous avions mis en place avec Dessine-moi le Monde prend en effet encore plus son sens aujourd'hui. Ces derniers mois, les clients ont réalisé qu'un contrat avec une agence de voyage représentait une garantie financière, une expertise professionnelle, une assistance et le remboursement ou le report de leur voyage en cas de fermeture des frontières. ». Quelques semaines après la fermeture de son entreprise, Axelle Aloïsio tombe sur une annonce de recrutement de l'enseigne « Votre Voyage » dans un magazine professionnel spécialisé et décide de candidater pour un poste de directrice d'agence.

Un profil valorisé par les recruteurs

Contrairement à sa crainte initiale, elle réalise que les recruteurs ne sont pas refroidis par la perspective d'embaucher un profil entrepreneurial, pourtant parfois réputé comme solitaire ou franc-tireur. Au contraire : ses futurs employeurs valorisent sa capacité d'innovation et bien sûr, son important réseau de clients et partenaires. En poste depuis le printemps, Axelle Aloïsio s'épanouit dans son nouveau quotidien dans lequel elle peut toujours exprimer son leadership tout en disposant d'un cadre de travail plus rassurant. « Être salarié me permet aujourd'hui de me libérer de certaines angoisses pour me concentrer pleinement sur mes missions. C'est un changement que j'apprécie depuis ma prise de fonction. Certes, j'ai peut-être perdu un peu de liberté mais j'ai la chance d'être directrice donc je conserve une forme d'autonomie. Je ne sais pas si j'aurai un jour envie de me relancer dans la création d'entreprise, mais dans tous les cas je suis heureuse d'avoir vécue cette expérience ». Salarié ou entrepreneur, qu'importe le statut, pourvu qu'il reste la passion.


Entrepreneurs : 5 erreurs éviter pour ne pas planter sa boîte
Suivez les recommandations de Jean-Michel Ly, Expert en création d'entreprise Bpifrance.

  • Ecouter tous les conseils

“Quand vous lancez votre entreprise, beaucoup de gens veulent vous aider en vous donnant leurs conseils et avis sur votre projet. Cela peut-être souvent très utile et c’est d’ailleurs fait avec de bonnes intentions. Malheureusement, à vouloir écouter tout le monde, on peut aussi perdre de vue sa propre vision. Privilégiez donc les conseils de membres de votre réseau qui connaissent bien l’entrepreneuriat et/ou votre secteur d'activité".

  • Faire comme le voisin

“Quand on est à la tête d’une entreprise, il est primordial de suivre les nouvelles tendances et les marchés d’avenir. Pour autant, cet effort de veille ne doit pas venir entamer votre propre créativité. Copier ou trop s’inspirer de vos concurrents, c’est en effet prendre le risque de devenir banal sur votre propre marché, de brouiller votre image. Créer et défendre une entreprise, c’est aussi savoir se distinguer de la concurrence.”

  • Sous-estimer les besoins de financement

“La première année, certains entrepreneurs préfèrent financer la naissance de leur projet avec uniquement leurs fonds propres. Si on évite ainsi le risque de dettes, ce choix peut avoir des répercussions négatives, quelques mois plus tard, avec une entreprise en manque de trésorerie. Parce que les revenus prévisionnels ne sont pas au rendez-vous, ou parce que les clients payent trop tardivement. Même quand on dispose de fonds personnels, il peut être habile de se tourner vers certains dispositifs de financement (prêts bancaires, prêts d’honneur…) qui permettent d’aborder sereinement la suite”.

  • Arrêter de prospecter

“Votre activité démarre bien ? Bravo, mais n’insultez pas l’avenir ! Déjà débordés par les commandes ou les prises d’intérêt, certains entrepreneurs décident parfois de privilégier la production sur la prospection de nouveaux clients. C’est un réflexe naturel mais qui peut se révéler dangereux en cas de crise ou de chute brutale d’activité. Je conseille donc aux chefs d’entreprises de ne jamais cesser de démarcher, tout en recherchant des solutions (embauche, sous-traitance, priorisation…) pour continuer de répondre aux demandes.”

  • Ne pas se parler entre associés

"Trouver le ou les bons associés n’est pas une science exacte. Par exemple, il est quasiment impossible de savoir à l’avance comment votre partenaire réagira à telle bonne ou mauvaise nouvelle, comment l’évolution de sa vie personnelle impactera celle de votre projet ou encore quelle motivation il affichera après plusieurs années d’activité. Pour éviter les brouilles ou les séparations, il est nécessaire de prévoir très régulièrement des temps d’échange entre associés pour s’assurer que chacun est à l’aise et que tout le monde partage la même vision d’avenir.”

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production, l'agence de contenu de 20 Minutes, pour Bpifrance