dameblanche

Les multiples visages de la Dame Blanche

Cinéma Le printemps bourgeonne mais au cinéma ce 17 avril, La Malédiction de la Dame Blanche va vous faire frissonner… 

Alizée Perrin - 20 Minutes Production

— 

Si vous entendez pleurer la Dame Blanche, il est déjà trop tard...
Si vous entendez pleurer la Dame Blanche, il est déjà trop tard... — Warner Bros

À défaut de l’avoir aperçue, vous en avez forcément entendu parler. Chez nous, c’est une auto-stoppeuse annonciatrice de mort mais ailleurs, la Dame Blanche revêt différents visages. Fée, sorcière, fantôme : découvrez toutes les facettes de la Dame Blanche.

Les différentes interprétations en France 

La Malédiction de la Dame Blanche, produit par le créateur de Conjuring, est l’occasion de se pencher sur le mythe de l’auto-stoppeuse vêtue de blanc, et condamnée à errer à la suite d’un accident mortel de la route. Pour certains, son apparition est annonciatrice de mort. D’autres pensent, au contraire, qu’elle prévient du danger. Dans certaines régions françaises, des dames blanches auraient aussi été aperçues dans plusieurs châteaux, notamment celui de Trécesson en Bretagne. 

La Dame Blanche fait également référence aux lavandières de nuit, ces blanchisseuses lavant le linge au clair de lune. Et dans le folklore ancien, ce sont des fées qui habitent les forêts, un récit lié à la reine Guenièvre de la légende arthurienne et la fée Mélusine. Quant à l’Histoire, la vraie, une tradition voulait que les reines de France portent le deuil de leur royal époux en blanc à une certaine époque. Elles étaient alors surnommées « reines blanches » ou « dames blanches ».

La « pleureuse » mexicaine et la mariée américaine

Dans le film La Malédiction de la Dame Blanche, le réalisateur Michael Chaves s’appuie sur la légende mexicaine de « la Llorona ». Une femme trahie par son mari qui, de rage, noya ses enfants avant de se jeter dans le fleuve à son tour. Elle reviendrait hanter et enlever les enfants des autres. Ses pleurs seraient mortels car tous ceux qui les entendent sont maudits…

Aux États-Unis, la Dame Blanche est souvent associée à une mariée qui n’aurait jamais eu sa cérémonie… Mais à Chicago, l’histoire de « Resurrection Mary » rappelle celle de l’auto-stoppeuse. Il s’agirait du fantôme d’une jeune fille percutée par une voiture alors qu’elle s’échappait d’une soirée. Vêtue d’une longue robe blanche de bal, elle réapparaîtrait sur la route allant de la salle de fête Willobrook au cimetière Resurrection, où elle est enterrée. 

Les démons d’Asie 

En Indonésie, le « pontianak » est une femme morte en couches qui revient pour se venger. Très belle en apparence, lorsqu’elle cherche à se nourrir d’êtres humains, ceux-ci voient une tête et un cou auxquels pendent des intestins… En Thaïlande, le « phi krasue » est une femme fantôme qui rôde dans les villages en exhibant ses dents tachées de sang. 

Au Japon, une femme portant un masque chirurgical interrogerait les enfants sur sa beauté. Selon la réponse, elle ôte son masque et dévoile une bouche fendue sanguinolente, ou bien sort un couteau pour taillader le visage de son interlocuteur. À une époque, ses apparitions se sont tellement multipliées que des écoliers rentraient chez eux en bandes par sécurité !

Vous l’aurez compris, la Dame Blanche présente plusieurs visages, et certainement aucun que vous n’aimeriez croiser… Avis aux spectateurs téméraires, ce 17 avril, les salles obscures n’auront jamais aussi bien portées leur nom !

Vidéo fournie par Warner Bros.

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production