Piratage de Facebook: L'Irlande ouvre une enquête

WEB Sur les 50 millions de comptes touchés, 5 millions se trouvent en Europe...

P.B. avec AFP

— 

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, en 2013.
Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, en 2013. — Marcio Jose Sanchez/AP/SIPA

Le règlement européen sur la protection des données en action. L’Irlande a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête après le piratage de 50 millions de comptes Facebook, révélé cette semaine par l’entreprise. « La Commission irlandaise de protection des données (DPC) a ouvert une enquête aujourd’hui », pour « vérifier si Facebook a rempli ses obligations légales de protection des données ».

La récente faille de sécurité révélée par le réseau social Facebook aurait touché quelque 5 millions d’Européens, sur les 50 millions de comptes affectés au total, a indiqué mardi à l’AFP la commissaire européenne en charge de la Justice, Vera Jourova.

Clé numérique compromise

La faille était au niveau de la fonction « voir un profil en tant que », qui permet d’afficher ses informations personnelles telles que les voit une autre personne (ami, public etc). Le hacker n’a pas directement volé les mots de passe mais des « jetons de sécurité » intermédiaires. « C’est l’équivalent d’une clé numérique qui permet aux personnes qui sont identifiées de ne pas devoir entrer leur mot de passe à chaque connexion », explique Facebook.

Reste un gros point d’interrogation : alors que de nombreuses personnes utilisent leur profil Facebook comme identifiant sur d’autres sites et applications, ces comptes ont-ils été compromis ? Mercredi, l’entreprise a assuré avoir passé au crible le système utilisé par ses partenaires, et n’avoir trouvé aucun signe d’effraction « à ce stade ». Dans le doute, mieux vaut se passer de Facebook comme identifiant universel dans l’immédiat.