Facebook expérimente la recherche temps réel

RESEAU SOCIAL Twitter doit-il trembler?

Philippe Berry, à Los Angeles

— 

La recherche expérimentale de Facebook
La recherche expérimentale de Facebook — Facebook

La situation en Iran l'a un peu plus prouvé: la recherche temps réel est le nouveau Graal. A ce jeu-là, Twitter et son slogan «See what's happening – right now» («Suivez ce qui se passe – en ce moment») est le roi.

 

Mardi soir, Facebook a révélé sur son blog être en train de tester une nouvelle version de son moteur de recherche, avec un nombre réduit d'utilisateurs. Principale nouveauté: la possibilité de chercher dans les flux (feeds) de ses contacts et des profils publics. Dans l'exemple donné avec «Iran», l'ingénieur de Facebook obtient des status update, des photos, vidéos et autre liens publiés par ses amis.

 

En retard

 

L'initiative était attendue, surtout depuis la nouvelle formule mettant les flux en avant. Face au mécontentent de ses membres un peu perdus, Facebook semble avoir reculé sur l'idée d'une page d'accueil temps réel mais a tout à gagner à en incorporer une dose dans la recherche.

 

Twitter doit-il trembler? A priori non. D'abord car Facebook s'y met tard, et Twitter a réussi à faire son trou, le temps réel faisant presque partie de son ADN. Mais surtout, Facebook –au moins dans un premier temps– n'offrira une recherche que parmi les flux de ses contacts et des profils publics. Pas dans la masse des 200 millions d'utilisateurs. Dans les commentaires, plusieurs s'inquiètent déjà et n'ont «pas du tout envie que des inconnus» puissent avoir accès à leur contenu. En effet, Facebook a réussi à quasi imposer l'emploi de sa véritable identité pour les profils, et les questions de vie privée restent sensibles.