Guerre en Ukraine : Anonymous déclare la cyberguerre à Killnet, un collectif de hackers pro-russes

PIRATES En luttant contre le groupe Killnet, Anonymous espère réduire le nombre d'attaques en ligne portées par ce dernier à l'encontre des gouvernements de plusieurs pays membres de l'OTAN

20 Minutes avec agence
— 
Un masque d'anonymous (illustration)
Un masque d'anonymous (illustration) — Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

Depuis le début de l’invasion de Ukraine, le 24 février dernier, Anonymous est parti en croisade contre le gouvernement russe, multipliant les actions contre le Kremlin et ses partenaires. La première action des hackers avait été de mettre hors-ligne le site web de la chaîne Russia Today (RT). Ce samedi, le collectif a désigné une nouvelle cible sur Twitter : les pirates pro-russes du groupe Killnet, comme le rapporte PhonAndroid.

Pendant la campagne présidentielle française, ce groupe de pirates informatiques avait attaqué le site Internet d’Emmanuel Macron pour dénoncer l’aide apportée par la France à l’Ukraine. Il y a plusieurs semaines, Killnet s’en est également pris à plusieurs institutions italiennes dont le Parlement, l’armée et l’Institut national de la santé. Fin avril, ce groupe avait également visé le gouvernement roumain.



Le site de Killnet hors-service

Pour lutter contre ces attaques à répétition, Anonymous a multiplié ses actions contre sa nouvelle cible. Peu de temps après avoir annoncé entrer en cyberguerre contre les pirates pro-russes, Anonymous a annoncé que le site officiel de Killnet était hors-service.

Ainsi, les hackers luttant contre l’invasion russe en Ukraine espèrent entraver l’action des pirates pro-russes, qui, par le passé, s’en sont pris à plusieurs sites liés aux gouvernements des États-Unis, de la Pologne, de la République tchèque et d’autres membres de l’OTAN.