Twitter interdit désormais de poster des images d’individus sans leur consentement

CYBERHARCELEMENT Il y a des « inquiétudes croissantes » sur l’utilisation de telles données pour « harceler, intimider ou révéler les identités d’individus », note le réseau social

H. B. avec AFP
— 
Illustration de Twitter.
Illustration de Twitter. — Paulo Amorim/Sipa USA/SIPA

Twitter durcit son règlement anti-harcèlement en ligne. Le réseau social va désormais ajouter la possibilité pour les utilisateurs (hors personnalités publiques) de demander à ce que des photos ou des vidéos où ils apparaissent, et publiées sans leur consentement, soient retirées du réseau social.

« Cette mise à jour va nous permettre de prendre des mesures sur des contenus qui ne sont pas explicitement abusifs mais qui ont été partagés sans l’accord de la personne qui y figure », a précisé l’entreprise dans un communiqué.

« Harceler, intimider ou révéler les identités d’individus »

Le droit des internautes à faire appel aux plateformes quand des images ou données les concernant sont mises en ligne par des tiers, notamment à des fins malveillantes, suscite des débats depuis des années.

Twitter interdisait déjà la publication d’informations privées comme le numéro de téléphone ou l’adresse d’une personne, mais il y a des « inquiétudes croissantes » sur l’utilisation de telles données pour « harceler, intimider ou révéler les identités d’individus », note le groupe, « avec des conséquences disproportionnées pour les femmes, les militants, les dissidents politiques et les membres de communautés minoritaires ».

Des mesures « pour assainir » le réseau

Récemment, ce phénomène a notamment touché des créateurs de contenu de la plateforme Twitch, ciblés par des campagnes de harcèlement racistes. Ou encore des lanceurs d’alerte. Il concerne aussi des victimes d’agressions sexuelles, filmées pendant l’acte, qui se retrouvent à mener un long combat pour faire retirer les vidéos des sites pornographiques et des résultats de recherche sur Google.

Twitter, qui vient de changer de patron, multiplie les mesures « pour assainir » le réseau et répondre aux critiques sur les conséquences parfois violentes des échanges.