Wikipédia : Les modérateurs en guerre contre les infox, les contenus sexistes et antisémites

ENCYCLOPEDIE Les modérateurs, qui sont pour la plupart des volontaires anonymes, sont indispensables pour faire vivre l’encyclopédie en ligne

H. B. avec AFP
— 
Illustration de l'encyclopédie en lige Wikipedia.
Illustration de l'encyclopédie en lige Wikipedia. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Des faux chiffres sur les morts du Covid, des récits glorifiant les Nazis et une prépondérance des pages consacrées aux hommes… Voici le lot quotidien de l’armée de volontaires qui modère les dizaines de millions d’articles de Wikipédia.

La plus grande encyclopédie numérique du monde est souvent le premier résultat qui s’affiche lors d’une recherche sur Internet, et représente une source d’information gratuite d’une valeur inestimable. Mais elle révèle aussi certains travers humains, car les articles du site peuvent en théorie être rédigés, dans plus de 300 langues, par n’importe quelle personne disposant d’une connexion Internet. Le rôle des modérateurs, qui sont pour la plupart des volontaires anonymes, s’avère donc déterminant.

Lutter contre les fausses infos sur le Covid

Médecin de profession au Moyen-Orient, Alaa Najjar, qui dit contribuer à près de 500 articles par semaine, a dû affronter un flot de fausses informations sanitaires avec la pandémie. Il a notamment relevé des articles affirmant à tort que le Covid avait tué des célébrités ou des pages exagérant le nombre de décès et de cas dans certains pays.

« J’ai relu des centaines d’articles pendant la pandémie et j’ai rejeté de nombreuses modifications trompeuses ou erronées », indique Alaa Najjar, qui a été récompensé en 2021 du plus prestigieux prix de l’encyclopédie pour son travail.

Chasseur de Nazis

Wikipédia compte surtout sur des volontaires dont la mission est de faire le tri dans la masse de contributions, une tâche qui peut se révéler ingrate. « Un relecteur m’a qualifiée de vandale pour avoir retiré une information non sourcée », raconte Ksenia Coffman, qui bataille contre des articles sur la Seconde Guerre mondiale qui idéalisent le rôle des Nazis et des généraux allemands.

Un genre de récit minimisant le contexte historique des atrocités commises par l’Allemagne nazie, dont la Shoah, et exaltant ses faits d’armes a influencé une culture alternative sur Internet qui s’est immiscée sur Wikipédia. « Comment se fait-il que je sois attaquée lorsque j’essaie de corriger cela et d’enlever des pavés non sourcés qui ne font que glorifier de soi-disant héros de guerre nazis ? », s’interroge Ksenia Coffman qui vit en Californie mais a grandi en Union soviétique.

Veiller à la juste représentation des femmes

Les articles de Wikipédia – étayés par des sources écrites et fiables issues de la presse ou de publications académiques –, révèlent aussi parfois certaines disparités dans le champ intellectuel, dont l’inégale représentation des femmes par rapport aux hommes. « Wikipédia est un miroir gênant qui reflète les inégalités systémiques dans le domaine du savoir », décrit Rebecca O’Neill, une modératrice basée à Dublin qui dit consacrer à la plateforme environ 40 minutes de travail par jour.

En 2015, seules 15 % des biographies en anglais étaient consacrées à des femmes. Après des efforts de rééquilibrage, le chiffre est passé à 19 % en 2021, indique Rebecca O’Neill. L’an dernier, elle a écrit en moyenne un article par jour sur Wikipédia avec un ratio de 19 biographies de femmes pour chaque biographie d’homme. « En tant qu’individu, j’ai un rôle à jouer ».