Panne massive de Facebook : On a passé au crible les « fake news » sur l'incident

FAKE OFF Nom de domaine à vendre, piratage de hackers chinois, fuite de données personnelles... Attention aux infox !

Maïwenn Furic et Mathilde Cousin
— 
Une panne a paralysé tous les réseaux sociaux et toutes les messageries du groupe pendant plus de 6 heures, dans le monde entier. (Illustration)
Une panne a paralysé tous les réseaux sociaux et toutes les messageries du groupe pendant plus de 6 heures, dans le monde entier. (Illustration) — SOPA Images/SIPA
  • Lundi soir, les plateformes du groupe de Mark Zuckerberg, Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp, ont été inaccessibles pendant plus de six heures dans le monde entier.
  • Sur Twitter, les théories des internautes ont été nombreuses.
  • 20 Minutes fait le point sur la plus grosse panne de l’histoire de Facebook.

Une panne massive a paralysé Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp, lundi 4 octobre. Durant plus de 6 heures, le monde entier a dû se passer de ces réseaux sociaux et services de messagerie. Si Facebook a invoqué des « changements de configuration » sur des « routeurs » – bref, la panade technique – pour expliquer la panne, les théories sur les origines et les conséquences de cette panne ont été nombreuses sur Twitter.

Pour vous, 20 Minutes a démêlé le vrai du faux.

FAKE OFF

  • Les hackers chinois Xian Hughjanus et Sun Jisu à l’origine de l’attaque

« DERNIERE MINUTE : Facebook a révélé que la panne récente de ses applications et services a été causée par un groupe de hackers soutenus par l’Etat chinois et connu sous le nom de Xian Hughjanus. » Ce message, rédigé en anglais, a rapidement fait le tour de Twitter après l’annonce de la panne.

Les tweets postés par le même utilisateur à la suite de ce premier message laissent peu de doute : il s’agissait d’un canular. L’auteur a même inventé une « déclaration » d’un soi-disant « porte-parole chinois » qui s’achevait par « ohhhhh my ding ding dong ». Une déclaration qui évoque plus le chanteur Gunther que le feutré langage diplomatique.

Un autre message, qui circule toujours sur Twitter ce mardi, attribue l’origine de la panne à « Sun Jisu », un jeune hacker chinois âgé de treize ans. Reuters serait à l’origine de cette soi-disant révélation. Problème : L’agence de presse n’a pas publié de dépêches sur ce jeune garçon. Quant à la photo qui accompagne parfois les tweets, elle montre Wang Zhengyang, qui s’était fait connaître en 2014 à l’âge de douze ans en hackant le système informatique de son école. Rien à voir, donc, avec la panne de l’entreprise aux milliards d’utilisateurs.

La panne de Facebook a été mise sur le dos d'un jeune hacker chinois.
La panne de Facebook a été mise sur le dos d'un jeune hacker chinois. - Capture d'écran
  • Un lien entre l’interview d’une lanceuse d’alerte et la panne mondiale ?

La panne est intervenue quelques heures après la diffusion à la télévision américaine d’une interview de France Haugen, une lanceuse d’alerte. Ancienne employée de Facebook, elle a rendu publics des milliers de documents, qui ont notamment débouché sur une audition du Sénat américain prévue ce mardi.

Il n’en fallait pas plus pour que certains internautes établissent un lien entre les deux événements. La panne, pourtant, est d’origine technique, comme l’a détaillé Facebook ainsi que plusieurs experts.

  • Le bug a entraîné le piratage des données personnelles des utilisateurs de Facebook

Les rumeurs sont nombreuses sur les conséquences de ce qui est le plus gros bug de l’histoire du groupe américain dirigé par Mark Zuckerberg. « Les données personnelles d’1.5 milliards d’utilisateurs de #Facebook sont en vente sur forum de hacking. Elles contiennent notamment les noms, prénoms, numéros de téléphone, adresses e-mail, la localisation et le genre. »

Des internautes ont alerté sur le vol des données personnelles des utilisateurs.
Des internautes ont alerté sur le vol des données personnelles des utilisateurs. - Capture d'écran

Comme source de leurs propos, les internautes citent Privacy Affairs, site d’actualité spécialisé qui a publié un article sur des hackers qui « prétendent posséder et vendre des données personnelles sur 1,5 milliards d’utilisateurs de Facebook ». Publié le jour même de la panne, l’article a ensuite été mis à jour avec la précision suivante : « Ceci n’a aucun rapport avec la panne mondiale de Facebook survenue le 4 octobre 2021. » Et l’auteur de l’article d’évoquer une simple « coïncidence ».

L’équipe de communication de Facebook a tenu à rassurer ses utilisateurs dans un communiqué : « Nous n’avons […] aucune preuve que les données des utilisateurs ont été compromises à la suite de ce temps d’arrêt. »

  • Le nom de domaine Facebook.com était à vendre

Imaginez la belle affaire : devenir propriétaire d’un des sites les plus visités d’Internet, Facebook.com. A la suite de la panne, des internautes ont assuré que le nom de domaine était à vendre. Même le PDG de Twitter, Jack Dorsey, légèrement moqueur, s’était porté acquéreur.

Le pdg de Twitter, Jack Dorsey, légèrement moqueur, s'était porté acquéreur lors du canular.
Le pdg de Twitter, Jack Dorsey, légèrement moqueur, s'était porté acquéreur lors du canular. - Capture d'écran

L’illusion, créée par la panne de lundi, a été vite dissipée : DomainTools, un site qui permet de voir l’évolution des noms de domaine, a confirmé auprès du correspondant aux Etats-Unis de 20 Minutes « qu’une personne tierce a tenté de lister [le nom de domaine Facebook.com] à la vente ». DomainTools a ensuite inclus l’annonce « par erreur » dans les résultats de recherche sur son site.

GoDaddy, entreprise qui vend des noms de domaine, a avancé une explication similaire à nos confrères de The Mac Observer.