Galileo : L’Agence spatiale européenne prévoit de remplacer les satellites de son système GPS pour le rendre plus précis

GPS Les nouveaux satellites du système Galileo permettront une localisation beaucoup plus précise, de l’ordre de quelques centimètres

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Galileo va gagner en précision
Galileo va gagner en précision — Geeko

Le système de géolocalisation européen Galileo s’apprête à devenir beaucoup plus précis. L’Agence spatiale européenne (ESA) planche déjà sur la version 2.0 du GPS européen, bien qu’il ne soit actif que depuis 2016 et qu’il n’ait pas encore atteint sa pleine capacité opérationnelle. L’ESA prévoit en effet de remplacer les satellites qui composent actuellement Galileo par des modèles beaucoup plus performants. De quoi améliorer la précision du système de l’ordre du décimètre.

L’ESA vient de conclure un contrat de 1,47 milliard d’euros avec deux entreprises européennes, Thales Alenia Space (Italie) et Airbus Defender & Space (Allemagne), pour concevoir deux modèles de satellites. Les deux entreprises seront donc en charge de « la conception et la construction du premier lot de la deuxième génération » des satellites Galileo.

« Le Galileo Second Generation représentera un nouveau pas en avant avec l’utilisation de nombreuses technologies innovantes pour garantir une précision, une robustesse et une flexibilité sans précédent du système au profit des utilisateurs du monde entier », indique l’ESA dans un communiqué.

Le fait est qu’en développant son propre système de géolocalisation, l’Europe a gagné en indépendance par rapport aux États-Unis et à son GPS. Beaucoup plus récent, Galileo est beaucoup plus précis que son pendant américain. À l’heure actuelle, il offre une précision de l’ordre du mètre, là où le GPS l’est à 10 mètres près.

Plus précis et moins couteux en énergie

À l’image du GPS américain, Galileo est à la fois utile au grand public, à l’armée (localiser les troupes, diriger un tir de missile), aux services publics (services de secours, gestion du trafic aérien) et au secteur professionnel (agriculture, industrie). Rendre le système de géolocalisation européen plus précis sera évidemment une bonne chose pour l’ensemble de ses utilisateurs.

Mais la mise en orbite de satellites de nouvelle génération ne permettra pas seulement d’améliorer la précision de Galileo. Cela permettra aussi de se géolocaliser plus rapidement avec une consommation énergétique moindre.

Le lancement des nouveaux satellites devrait avoir lieu au plus tard en 2025, affirme l’ESA. « Les nouveaux satellites G2 seront construits dans un délai très court et leur premier lancement est prévu dans moins de quatre ans », indique le communiqué. Après une première salve de douze nouveaux satellites, d’autres viendront remplacer la trentaine d’appareils qui composent Galileo.