Après Huawei, c'est au tour de Xiaomi d’être blacklisté par les États-Unis

ESPIONNAGE Mais le changement de président, ce mercredi 20 janvier, pourrait permettre à Xiaomi d’échapper aux sanctions américaines

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Après Huawei, au tour de Xiaomi d’être blacklisté par les États-Unis
Après Huawei, au tour de Xiaomi d’être blacklisté par les États-Unis — Geeko

À quelques jours de la fin de son mandat, l’administration Trump a mis neuf nouvelles sociétés chinoises sur sa liste noire, dont Xiaomi. Les entreprises américaines ne peuvent donc plus travailler avec cette dernière, désormais considérée comme une « entreprise militaire communiste chinoise » par le département américain de la Défense.

Avant Xiaomi, Huawei avait fait les frais des tensions entre les États-Unis et la Chine ce qui avait obligé ce constructeur chinois à faire une croix sur certains composants produits aux États-Unis, mais aussi sur les Google Mobile Services.

Nouvelle donne

Si la menace planait depuis quelque temps au-dessus de Xiaomi – en partie en raison de sa position de troisième vendeur mondial de smartphones, l’arrivée du nouveau président Joe Biden le 20 janvier prochain pourrait en effet faire couler le projet de l’administration Trump avant l’entrée en vigueur de la condamnation prévue pour le 11 novembre 2021.

Pour sa défense, Xiaomi a assuré qu’elle « opère en conformité avec les lois et réglementations pertinentes des juridictions dans lesquelles elle exerce ses activités ». La société chinoise soutient qu’elle « n’est pas détenue, contrôlée ou affiliée à l’armée chinoise, et n’est pas une « société militaire communiste chinoise » définie par la NDAA (National Defense Authorization Act). »