Coronavirus : VaccinTracker, le nouvel outil pour surveiller la campagne de vaccination en France

SANTE Guillaume Rozier, « data scientist » et fondateur du site CovidTracker.fr, a lancé un nouvel outil pour surveiller la campagne de vaccination en France

H. B.

— 

Une vaccination contre le Covid-19 (illustration).
Une vaccination contre le Covid-19 (illustration). — USA Today Network/Sipa USA/SIPA
  • Guillaume Rozier, fondateur du site CovidTracker.fr, vient de lancer VaccinTracker, un nouvel outil pour surveiller la campagne de vaccination en France.
  • « Ce tracker permet de suivre la proportion de Français déjà vaccinés contre le Covid-19, et le nombre de personnes restant à vacciner pour atteindre l’immunité collective », explique à 20 Minutes le jeune ingénieur de 24 ans.
  • A ce jour, 332 personnes [à la date du mercredi 30 décembre] ont été vaccinées, indique la plateforme.

C’est un outil qui va vite devenir indispensable. Après la toute première injection, administrée dimanche dernier à Mauricette, pensionnaire d’un Ehpad en Seine-Saint-Denis, les Français se posent encore beaucoup de questions autour du vaccin contre le Covid-19. Entre les fake news qui pullulent sur les réseaux sociaux et l’information à outrance des chaînes d’info en continu, il est aujourd’hui compliqué d’obtenir des chiffres clairs et précis sur la campagne vaccinale lancée en France contre l’épidémie de coronavirus.

Quelle proportion de Français a été vaccinée ? Quelles sont les principales phases de la vaccination ? Quels sont les différents types de vaccins proposés ? C’est pour répondre à toutes ces interrogations que Guillaume Rozier, data scientist et fondateur du site CovidTracker.fr, a lancé VaccinTracker, un nouvel outil pour surveiller la campagne de vaccination en France. « Ce tracker permet de suivre la proportion de Français déjà vaccinés contre le Covid-19, et le nombre de personnes restant à vacciner pour atteindre l’immunité collective », explique à 20 Minutes le jeune ingénieur de 24 ans.

« Jamais je n’aurai imaginé susciter l’intérêt des gens avec des graphiques »

A ce jour, 332 personnes [à la date du mercredi 30 décembre] ont été vaccinées, indique le site. « L’objectif de ce nouvel outil, lancé dimanche, est de suivre l’état de la vaccination en France, de voir à quel rythme la campagne avance. Le but est d’étoffer progressivement le site avec les nouvelles données que je pourrai récolter. Car aujourd’hui nous avons très peu d’informations, seulement quelques données des ARS [agences régionales de santé], mais rien de Santé publique France », ajoute l’ingénieur spécialisé dans le big data.

Le cabinet d’Olivier Véran, ministre de la Santé, s’est toutefois engagé à communiquer régulièrement à Guillaume Rozier toutes les données de santé relatives à la campagne de vaccination. « Le ministère de la Santé m’a contacté aujourd’hui [mercredi] pour me dire qu’il m’enverrait désormais quotidiennement les chiffres, pour me permettre de centraliser et de rendre accessibles au grand public toutes les données. Il y a aujourd’hui une véritable volonté de transparence de leur part, surtout quand on connaît le scepticisme des Français autour du vaccin. C’est un peu une manière pour eux de rassurer les citoyens », estime le data scientist.

La page VaccinTracker s’organise aujourd'hui autour de cinq grands repères : le nombre de personnes vaccinées, la proportion de personnes vaccinées par rapport au total à atteindre pour espérer une immunité collective, les vaccins actuellement autorisés et distribués, ainsi que ceux en cours d’autorisation ou non-terminés, le planning (et les phrases correspondantes), ainsi que l’état de la vaccination dans le monde. Simples à comprendre et mis à jour régulièrement, les graphiques de Guillaume Rozier ont rapidement séduit les internautes, et les médias. « Jamais je n’aurai imaginé susciter l’intérêt d’autant de gens avec des graphiques et des tableaux, avec des choses aussi techniques, presque mathématiques », reconnaît aujourd’hui l’ingénieur.

« Un véritable service d’utilité publique »

La plateforme CovidTracker, et aujourd’hui VaccinTracker, cartonnent. Ils comptabilisent chaque jour des dizaines de milliers de vues, avec parfois des pics à plusieurs millions de vues. Ces outils, composés de graphiques et autres tableaux, sont considérés aujourd’hui par les Français comme «un véritable service d’utilité publique». « J’en ai pris conscience quand un grand hôpital m’a expliqué qu’il utilisait tous les jours mon site en cellule de crise pour essayer d’anticiper l’épidémie, et estimer les besoins en personnel et en lit de réanimation. Je me suis dit que ce n’était pas normal qu’une telle responsabilité – des vies en dépendent - repose sur les épaules d’un étudiant de 24 ans. C’est un outil qui aurait dû être créé par les pouvoirs publics. D’une certaine manière, je pallie à un manque de l’Etat », explique Guillaume Rozier, qui reconnaît qu’il existe aujourd’hui un véritable débat autour de cette question.

« Certains disent que c’est le fonctionnement normal de l’open data, de la publication des données. C’est-à-dire que l’État joue son rôle en collectant et publiant les données de façon sécurisée (en respectant la vie privée) et de manière exhaustive. Et qu’il revient ensuite aux citoyens de faire la seconde partie du travail, c’est-à-dire le traitement des données et l’analyse via des visualisations et autres graphiques », détaille Guillaume Rozier. Le jeune ingénieur​, qui travaille dans une entreprise de consulting en informatique, regrette toutefois que « l’Etat n’ait pas créé un outil plus élaboré » pour répondre à cette demande de la population « en cette période si particulière »…