Huawei officialise la vente de sa marque Honor à un consortium chinois

DIVORCE REUSSI Le groupe chinois n’a pas dévoilé le montant de la vente

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Huawei a bien vendu sa marque Honor
Huawei a bien vendu sa marque Honor — Geeko

C’est officiel, Huawei s’est séparé de sa filiale Honor. Désormais, le groupe chinois n’aura plus rien avoir avec Honor. Une décision qui fait suite aux pressions politiques et économiques dont fait l’objet Huawei depuis de nombreux mois.

La rumeur courrait déjà depuis quelque temps, l’annonce d’Huawei n’est donc pas une surprise. Honor a ainsi été racheté par le consortium Shenzhen Zhixin New Information Technology Co., fondé pour l’occasion par plus de 30 sociétés liées à la marque. Le constructeur de smartphones reste donc une entreprise chinoise. Quant à savoir le montant de la vente, Huawei n’a pas souhaité communiquer à ce sujet.

Une séparation profitable pour les deux parties

Depuis sa création, Honor a vendu plus de 70 millions de smartphones par an en moyenne. En restant aux crochets de Huawei, le constructeur aurait pu subir les restrictions américaines appliquées à Huawei et donc, avoir du mal à atteindre ce chiffre de vente à l’avenir. L’ex-maison mère d’Honor précise dans son communiqué qu’elle n’aura plus aucune action ni aucune implication dans la gestion de Honor.

Reste à voir si cela suffira à mettre Honor à l’abri des tensions opposant les États-Unis à Huawei, mais aussi si le fabricant de smartphones d’entrée et de milieu de gamme parviendra à s’en sortir sans la protection de sa maison mère.

De son côté, Huawei va pouvoir se concentrer sur le développement de produits haut de gamme, là où Honor propose avant tout des appareils très attractifs aux marges bénéficiaires réduites pour l’entreprise. La décision d’Huawei va évidemment avoir un impact sur ses volumes de ventes, mais au final, le groupe chinois pourrait maximiser ses bénéfices. Par ailleurs, Huawei va également pouvoir se concentrer sur la résolution des problèmes auxquels l’entreprise chinoise fait face depuis un an déjà en trouvant une solution pour des puces et en développant son propre OS mobile.