Google veut former les réfugiés au numérique et lance une plateforme pour les aider

ASSISTANCE Le géant de la high-tech finance des formations au numérique et a reprogrammé son moteur de recherche pour répondre aux questions pratiques des personnes déplacées

20 Minutes avec agence

— 

Google supprime les extensions d’Avast pour collecte abusive de données d’utilisateurs
Google supprime les extensions d’Avast pour collecte abusive de données d’utilisateurs — Geeko

Google a choisi la journée mondiale des réfugiés, samedi 20 juin, pour annoncer sa collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) dans le cadre d’un projet d’aide aux populations déplacées. Le géant californien a indiqué sur son blog avoir fait un don de 550.000 dollars (soit 485.000 euros) à l’organisme dans le but d'« inculquer aux réfugiés les compétences numériques nécessaires pour de futures opportunités ».

Les fonds offerts par Google.org et YouTube sont en effet destinés à « fournir aux réfugiés les éléments leur permettant de survivre à la pandémie, des séries de formations au numérique et des mises à jour de Google Search dans les pays concernés afin que les gens puissent avoir accès à des informations fiables en permanence ». Ce dernier volet du projet permettra aux personnes déplacées de taper une question pratique dans le moteur de recherche et d’obtenir une réponse directe.

Le Liban, la Turquie et la Jordanie visés

Google et l’UNHCR ont travaillé ensemble à l’identification des questions les plus fréquentes que se posent les populations forcées de trouver refuge dans un pays qui n’est pas le leur. Les deux entités ont aussi planché sur les informations et données officielles et faisant autorité à fournir en guise de réponses aux requêtes.

Pour illustrer la nature de ces dernières, Google cite en exemple « Comment remplir les critères pour obtenir une aide financière ? » ou « Comment se déroule l’entretien qui accorde le statut de réfugié ? ». L’entreprise de Menlo Park précise que cette plateforme est déjà disponible en arabe, en anglais, en farsi et en turc afin de fournir une assistance aux réfugiés présents au Liban, en Jordanie et en Turquie.

C’est en effet dans ces trois pays qu’on dénombre le plus grand nombre de réfugiés par rapport à la population locale. La publication de Google rappelle que fin 2019, « les persécutions, les conflits, les violences et les atteintes aux droits de l’Homme » avaient engendré le déplacement de 79 millions de personnes dans le monde.