Les nouveautés du Micromania Game Show

Alexis Leclercq

— 

 Logo du Micromania Game Show 2008
 Logo du Micromania Game Show 2008 — no credit

Fan de jeux vidéo en manque de nouveautés? Le Micromania Game Show, qui se déroulait du vendredi 31 octobre au lundi 3 novembre est l'occasion rêvée de tester les dernières nouveautés en exclusivité.

 

«Gears of War 2»: la bombe est de retour

 

Quelques matchs en équipes de 5 confirment la tendance déjà bien établie du premier volet: toujours aussi fun à jouer, on y retrouve ses armes de prédilection comme la mitrailleuse avec tronçonneuse intégrée, mais également de nouvelles armes. Au menu, un lance-flamme particulièrement efficace pour rôtir ses adversaires, ainsi qu’une arme d’artillerie bien pratique pour pilonner les lignes ennemies et faire sortir ses opposants de leur cachette. Le terrain réserve quelques surprises, comme une brume utile pour se faufiler ou une avalanche qui se révèle être une fantastique embuscade. Que du bon donc, et on est impatient de retrouver Marcus Fenix et ses compagnons pour une campagne en coopération qui s’annonce déjà épique.

 

«Guitar Hero World Tour»: faux instruments, vrai fun

 

Activision réplique à son rival Harmonix dans la catégorie des jeux de rythme: avec la panoplie complète du groupe, désormais affublé d’un kit de batterie et d’un microphone, difficile de laisser sa place au suivant. Mention spéciale aux percussions dotées de deux cymbales du meilleur effet et qui propulsent instantanément le joueur au rang de rock star. Le panel de chansons est désormais plus large avec un éventail de musiques allant de Michael Jackson à Linkin Park en passant par Jimmy Hendrix, ce qui provoque parfois quelques conflits au moment de choisir sa chanson préférée.

 

«Resistance 2»: un multi énorme

 

Avec un nombre impressionnant de bornes disponibles (60!), difficile de rester de marbre devant un multijoueur aussi complet qu’efficace. Après avoir sauté dans la partie en cours on est vite pris au jeu, et le grand nombre de classes différentes permet de s’adapter aux différentes situations rencontrées sur le champ de bataille. Dans un univers orienté science-fiction les possibilités sont nombreuses, mais l’efficacité d’un bon sniper n’est pas obsolète pour autant… Un concurrent sérieux qui n’a pas à rougir de la comparaison avec le hit de l’année dernière, «Call of Duty 4».

 

«Call of Duty 5»: on prend les mêmes et on recommence

 

Suite du jeu acclamé de la fin 2007, avec Treyarch au commandes cette fois-ci, on peut se poser quelques questions sur l’évolution du jeu qui semble se répéter. Quelques nouveautés sont bienvenues, comme un mode coopération avec un tableau des scores en temps réel pour déterminer qui est le leader de l’opération, mais l’impression de déjà-vu reste tenace. Le fun est ceci dit intact et les batailles prennent aux tripes, qu’il s’agisse de faire tomber une ligne de bunkers ou d’affronter une colonne de tanks peu amènes.

 

«Madworld»: une avant-première qui marque


Présenté par son créateur Atsushi Inaba, voilà un titre qui fera sans nul doute forte impression. Dans un monde entièrement en noir et blanc représentant un show télévisé particulièrement choquant, l’ultraviolence à la sauce comics fait merveille. On est loin d’une volonté de réalisme. Bien au contraire, le jeu verse totalement dans un gore grotesque et particulièrement jouissif: le joueur est récompensé sur l’incongruité des méthodes de carnage, allant de l’empalement avec un panneau de signalisation au lancer d’ennemis sur une cible de fléchettes géante. A réserver à un public averti…

Ambiance

Toujours localisé dans le Hall 6 du parc des Expositions de la porte de Versailles, le MGS accueille un grand nombre de jeux, mais c'est surtout le nombre de bornes présentes qui laisse rêveur: 60 pour «Resistance 2», 20 pour «Gears of Wars 2», et une bonne dizaine avec casques pour le dernier «Guitar Hero: World Tour»... Dans une formule plus ouverte au public, les stands ne sont plus collés les uns aux autres et de nombreux jeux «pour la famille» sont présents. Une ambiance qui change du Festival du Jeu Vidéo et de son engorgement permanent, mais qui se paye par un nombre réduit d'avant-premières. On se consolera en se disant que cette fois on aura peut-être plus de chance d'approcher des manettes.
Le salon reste ouvert jusqu’à ce lundi 19h.

Pour plus d'informations cliquez ici.