Instagram : La rémunération des influenceurs explose, en 2019

LUCRATIF Entre 2014 et cette année, le tarif moyen d'un post sponsorisé sur la célèbre application a été multiplié par 12

20 Minutes avec Agence

— 

Logo de l'application Instagram
Logo de l'application Instagram — Geeko

Le prix moyen payé par les marques aux influenceurs présents sur les réseaux sociaux est en plein boum. Sur Instagram, les tarifs ont ainsi été multipliés par 12 entre 2014 et 2019, indique un rapport du site spécialisé Izea. Une photo sponsorisée se négociait ainsi autour de 122 euros au début de la période contre environ 1.490 euros, cinq ans plus tard.

Ces chiffres concernent tous les types d’influenceurs, que ce soient des personnes s’adressant à moins de 100.000 internautes ou bien les plus grandes stars internationales. Les données compilées par les spécialistes du marketing en ligne montrent que le sponsoring des publications sur les réseaux sociaux concerne de plus en plus les « lots des contenus » au détriment des posts isolés, précise Business Insider.

Fin des likes ?

Toute cette communication se base sur les photos, stories et éventuellement vidéos mises en ligne sur YouTube. C’est par exemple le type de prestation que propose Caitlin Patton, micro-influenceuse spécialisée dans la mode et qui compte près de 24.900 abonnés, rapporte Business Insider. Ses tarifs sont environ compris entre 900 et 1.800 euros. L’influenceuse new-yorkaise Katy Bellotte facture quant à elle entre 2.180 euros et 4.500 euros par publication sur Instagram ou encore près de 450 euros par slide de story. Elle est suivie par environ 472.000 internautes sur YouTube et 167.000 sur Instagram.

Des observateurs s’inquiètent des conséquences de l’éventuelle disparition du nombre de likes recueillis par les contenus sur le réseau social. Cette mesure est en effet testée aux Etats-Unis. Si certains spécialistes pensent que le coût des publications sponsorisées devrait malgré tout continuer à augmenter, d’autres craignent une recrudescence des faux influenceurs, « maintenant que les gens n’ont plus à s’assurer que leurs likes sont en corrélation avec leurs abonnés, qui est l’un des moyens les plus faciles de détecter les fraudeurs », estime ainsi le PDG de Viral Nation, Joe Gagliese, cité par le média.