Reconnaissance faciale : Google aurait utilisé des photos de SDF et d’étudiants prises sans leur consentement

VIE PRIVEE Le géant américain avait fait appel à une entreprise pour collecter des images de visages afin de répertorier tous les types de couleur de peau

20 Minutes avec agence

— 

Le siège de Google, à Mountain View, en Californie.
Le siège de Google, à Mountain View, en Californie. — Marcio Jose Sanchez/AP/SIPA

Randstad, une entreprise mandatée par Google afin de collecter des photos de visages de tous les types de couleurs de peau, aurait abusé de la situation précaire de sans domiciles fixes et d’étudiants pour réaliser ses recherches, a rapporté le New York Daily News. L’information a ensuite été relayée par le New York Times. La société aurait pris des photos d’individus sans avoir leur consentement à Atlanta (Californie).

Alors que le système de reconnaissance faciale de Google est pointé du doigt pour son manque d’efficacité sur les personnes noires, le géant américain avait décidé d’y remédier. Pour amasser un maximum de visages aux teintes de peau différentes, l’entreprise proposait un bon d’achat de cinq dollars à quiconque acceptait de donner sa photo.

Google ouvre une enquête

Mais elle avait aussi sollicité Randstad dont les méthodes douteuses ont donc été dénoncées. Le programme de recherche participatif a finalement été suspendu ce vendredi après ces révélations.

Face à cette situation, Google a aussi décidé d’ouvrir une enquête. Il a précisé que toutes les images de ce programme étaient chiffrées et qu’elles ne seraient utilisées que dans le cadre de la recherche avant d’être supprimées une fois l’outil amélioré.