VIDEO. Kobo Libra H2O: La nouvelle liseuse numérique se mouille pour le plaisir de la lecture

LIVRE NUMERIQUE Kobo lance sa nouvelle liseuse Libra H20 et revendique un appareil complet, performant et étanche, avec de nouveaux outils que « 20 Minutes » a testé pour améliorer le confort de lecture

Christophe Séfrin

— 

La liseuse Libra H20 dans ses deux versions.
La liseuse Libra H20 dans ses deux versions. — KOBO
  • Quelques mois après sa liseuse grand écran nommée Forma, Kobo en propose une version de taille réduite à 179 euros, la Libra H2O.
  • Au format 7 pouces, cette liseuse propose la lecture en mode Paysage ou Portrait. Elle est également étanche et bénéficie d'un rétro-éclairage qui ne fatigue pas la vue.
  • La Libra H2O se dote également de nouveaux outils permettant d'améliorer la navigation et les recherches au sein d'un ouvrage.

Kobo tourne une nouvelle page. Après sa liseuse Forma, le libraire lance cette semaine sa Libra H2O. La petite dernière hérite des avancées technologiques de son aînée, lancée il y a un an. Si son écran est plus petit (7’’ au lieu de 8’’), elle conserve la possibilité de lecture verticale ou horizontale, ses boutons pour tourner les pages et son étanchéité jusqu’à 2 mètres durant 60 minutes (norme IPX8). Belles prestations.

« Surtout, nous proposons avec Libra H2O un outil mieux adapté aux nouvelles habitudes de lecture. Et l’on ne traite pas nos lecteurs comme des gens auxquels on a l’intention de vendre autre chose », lance d’emblée Michael Tamblyn, le PDG de Kobo, allusion faite à l’ogre Amazon et ses liseuses Kindle. C’est cependant un peu oublier que Kobo est désormais propriété de Rakuten, l’ex-Price Minister, qui a aussi beaucoup à vendre…

La lecture en mode paysage: une des particularités de la Libra H2O de Kobo.
La lecture en mode paysage: une des particularités de la Libra H2O de Kobo. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Ecran réactif, poids serré

Reste qu’une fois entre les mains, la Libra H2O est un appareil d’un commerce agréable. Un compte créé et une connexion Wifi activée, télécharger un livre numérique ne prendra que quelques secondes. Nous avons testé l’appareil avec le dernier Philippe Delerm, L’Extase du selfie (Le Seuil), acheté 10,99 euros dans le magasin en ligne de Kobo (contre 14,99 euros pour sa version papier). Cinq secondes ont été nécessaires pour télécharger ce recueil de nouvelles.

De nouveaux outils pour améliorer la navigation au coeur d'un ouvrage.
De nouveaux outils pour améliorer la navigation au coeur d'un ouvrage. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Réactif, avec une luminosité qui s’ajuste automatiquement ou se dose manuellement, l’écran de la liseuse (1680 x 1264 pour 300 ppi) offre un confort visuel évident. La lecture peut s’effectuer en mode Portrait ou Paysage. On finit par se familiariser avec cette seconde option pourtant moins naturelle. Les pages se tournent de façon tactile, directement sur l’écran, ou avec les deux boutons. Au bout d’à peine un chapitre, on constate que l’appareil est assez léger : 192 grammes.

De nouveaux outils pour mieux se repérer

Pour mieux évoluer dans la lecture, la Libra H2O propose désormais une navigation à l’aide d’un curseur qu’il suffit faire défiler en bas de l’écran. On peut ainsi prévisualiser des pages, ce qui est une bonne chose pour un repérage rapide.

A tout instant la possibilité de convoquer des aides.
A tout instant la possibilité de convoquer des aides. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Un onglet « Progression de la lecture » peut être sollicité pour prendre connaissance de l’avancée de la lecture au sein d’un chapitre, connaître son temps de lecture restant, voire le temps de lecture du chapitre suivant. Nous avons apprécié cette fonction pour savoir si l’on allait engloutir encore quelques pages alors que, les paupières lourdes, nous nous apprêtions à rejoindre les bras de Morphée…

Une capacité jusqu’à 6000 ouvrages

Convoquer le dictionnaire embarqué est aussi bien plus rapide. On pose ainsi le bout de l’index sur un mot, et en voila la définition surgissant dans un encadré. Et surligner du texte pour prendre des notes s’effectue enfin comme sur l’écran d’un smartphone. Evidemment, ces améliorations ne toucheront pas forcément ceux qui veulent simplement avaler un roman. Elles s’adressent davantage aux lecteurs d’essais, de livres de cuisine, etc. Avec la capacité de 6000 ouvrages (8 Go) de la Kibra H2O, il y a largement de quoi faire. Signalons une fonctionnalité qui nous a semblé intéressante : celle consistant à pouvoir associer à sa liseuse des articles de presse vus sur le net et que l’on n’a pas eu le temps de lire. On pourra ensuite y accéder lorsque désiré.

Une lecture qui déstresse

Vendue 179 euros, soit 100 euros de moins que la liseuse Forma, la Libra H2O mérite tout autant les honneurs que sa grande soeur. Reste à convaincre à l’heure où le smartphone devient la liseuse du plus grand nombre. « Les gens choisissent aussi une liseuse pour ne pas être importunés par des notifications permanentes », rassure Michael Tamblyn.

Michael Tamblym, le PDG de Kobo, de passage à Paris pour présenter la liseuse Libra H2O.
Michael Tamblym, le PDG de Kobo, de passage à Paris pour présenter la liseuse Libra H2O. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

« La lecture sur smartphone reste ainsi très fragmentée, conçue pour rendre anxieux ou nous inviter à passer à l’étape suivante. Nous avons mesuré que la lecture sur liseuse diminuait le niveau de stress de 60 % », assure le PDG de Kobo. Qui ménage ses arrières. Depuis quelques mois, Kobo s’adapte aussi aux changements d’usages en misant également sur les livres audio. Selon Michael Tamblyn, « le marché explose, et le défi consiste désormais à sortir les nouveautés littéraires simultanément au format livre audio. Comme c’était le cas avec les livres numériques il y a une dizaine d’années ».