Sexisme, harcèlement, agression… Pourquoi y a-t-il une telle omerta dans l’industrie du jeu vidéo en France ?

#METOO La parole des femmes a encore du mal à se libérer dans le monde du jeu vidéo en France

Hakima Bounemoura

— 

L’industrie du jeu vidéo en France est composée à 84 % d’hommes.
L’industrie du jeu vidéo en France est composée à 84 % d’hommes. — Ina FASSBENDER
  • Plusieurs femmes, travaillant dans l’industrie du jeu vidéo aux Etats-Unis, ont raconté fin août sur Twitter avoir été abusées ou harcelées sexuellement.
  • « Ces problèmes sont bien présents en France », explique le Syndicat des travailleurs du jeu vidéo, mais « l’omerta reste aujourd’hui particulièrement forte ».
  • Comportement sexiste, harcèlement voire agression…. « 20 Minutes » a recueilli le témoignage de plusieurs femmes travaillant dans des studios français.

« J’ai écrit un post que vous devriez lire, j’y dénonce mon violeur ». Le témoignage fin août de Nathalie Lawhead, une conceptrice indépendante aux Etats-Unis, a ébranlé l’industrie du jeu vidéo. La jeune femme a raconté, dans un thread posté sur Twitter, avoir été violée par un grand ponte de l’industrie vidéoludique. Très rapidement, les langues se sont déliées, et une vingtaine d’autres femmes du milieu ont à leur tour raconté sur les réseaux sociaux avoir été abusées ou harcelées sexuellement, dénonçant publiquement leurs agresseurs. En France, où l’industrie du jeu vidéo compte près de 5.000 salariés pour un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros, cette « libération » de la parole outre-Atlantique est quasiment passée inaperçue.

« Les révélations récentes concernent principalement le continent américain, mais d’après nos expériences et les témoignages que nous avons recueillis, ces problèmes sont bien présents en France », explique  le Syndicat des travailleurs du jeu vidéo (STJV). « Ce qui a été raconté sur les réseaux sociaux, c’est un miroir grossissant de ce qui se passe en fait chez nous », confirme Sonia*, jeune scénariste employée dans un studio de jeu vidéo francilien. Mais pourquoi aucune affaire de harcèlement n’a-elle encore été rendue publique ? Pourquoi le mouvement #MeToo a-t-il autant de mal à s’imposer dans l’industrie française du jeu vidéo ?

« La plupart du temps, ces faits sont simplement niés et passés sous silence »

L’omerta reste aujourd’hui particulièrement forte dans le secteur du jeu vidéo en France. Le Gamergate, le mouvement #MeToo ou plus récemment l’affaire de la « Ligue du Lol » n’ont pas réussi à libérer la parole. « Quand les témoignages ont commencé à se multiplier sur Twitter, fin août, nous avons ouvert nos DM pour encourager les femmes en France à témoigner », explique Audrey Leprince, présidente de l’association Women in Games, qui œuvre pour la promotion de la mixité dans le milieu du jeu vidéo. Mais très peu de victimes se sont manifestées. « La faible proportion de femmes dans les studios, la culture du crunch [période intense de travail avant le rendu d’un projet], l’entre-soi de l’industrie et le culte du secret qui en résulte contribuent à réprimer les possibilités d’action des victimes », explique le STJV.

Les cas de harcèlements au travail sont pourtant « nombreux », nous confie Zoé*, qui travaille également dans un grand studio français. « Le jeu vidéo étant une industrie où beaucoup veulent entrer, avec peu d’élus, certaines personnes haut placées usent de leur pouvoir pour arriver à leurs fins. Dès le départ, on nous fait comprendre que nous sommes très facilement remplaçables », explique la jeune femme. «  Dans le cinéma, les femmes qui ont témoigné avaient une situation privilégiée. Le monde du jeu vidéo, c’est un milieu ultra-précaire avec des clauses de non-divulgation [non disclosure agreements] très dissuasives. Personne n’a envie de mettre sa carrière en jeu », ajoute Sonia.

Selon les témoignages recueillis par 20 Minutes, parler publiquement ou porter plainte expose les salariées victimes à des représailles et une mise en danger professionnelle. « Très peu de femmes osent aborder le sujet publiquement. Alors on en parle "entre nous", et c’est là qu’on comprend que ce genre de choses arrivent à énormément de gens », explique Zoé. « La plupart du temps, ces faits sont simplement niés et passés sous silence. Dans le meilleur des cas, les studios** vont se revendiquer inclusifs, faire des déclarations publiques, mais sans qu’elles soient suivies par des mesures concrètes, en continuant à protéger les prédateurs qui évoluent en leur sein, le plus souvent à des postes haut placés », confirme le STJV.

« L’un de mes collègues a glissé un jour sa main dans mon pantalon »

Des victimes qui ont osé parler publiquement, il y en a peu. Parmi elles, Fanny*, une jeune femme aujourd’hui âgée d’une trentaine d’années. Elle a quitté le secteur du jeu vidéo il y a trois ans, lasse de devoir continuellement subir des remarques sexistes et des attouchements. Elle a décidé de tout plaquer après une « agression » commise par l’un de ses collègues. « Lors d’une soirée entre camarades de boulot, l’un de mes collègues masculins a soudainement mis sa main dans mon pantalon. Personne n’a réagi, comme si c’était normal. J’ai été choquée, mais je n’ai pas voulu faire d’esclandre, j’ai moi-même downplayed [minimisé] ce qui s’était passé », raconte Fanny, la voix émue. « La semaine d’après, j’ai décidé d’aller voir le PDG de ma boîte pour lui en parler. Il m’a dit, d’une manière complètement détachée, "c’est ta parole contre la sienne" ».

Des témoignages comme celui de Fanny, 20 Minutes en a recueilli plusieurs. Comme ce représentant d’un éditeur de jeu vidéo qui glisse sa main sur la cuisse d’une collaboratrice lors d’un salon professionnel, ce patron de studio qui invente des réunions et déjeuners de travail juste pour se retrouver seul avec sa stagiaire. Ou encore ce responsable qui fait des avances à une salariée lors d’un entretien d’embauche… Les blagues sur le viol, les remarques sexistes, les fichiers pornographiques échangés par e-mail ou les photomontages dégradants sont aussi monnaie courante dans le milieu. « A chaque fois que je m’absente et que je reviens à mon poste, ma page web est ouverte sur un film porno. C’est tellement dégradant », raconte également une jeune développeuse, qui vient tout juste d’être embauchée dans un studio.

« Entre femmes, on s’échange une liste de noms de prédateurs »

A défaut de pouvoir témoigner publiquement, plusieurs femmes ont décidé de créer des groupes de soutien. « On commence à en parler seulement depuis un an. Certaines ont eu l’idée de mettre en place des groupes de parole », explique Sonia, qui aujourd’hui cherche à quitter son entreprise, à cause d’un environnement jugé « trop toxique ». « C’est un endroit secret que nous souhaitons garder safe. C’est notre seul espace de parole, un lieu où l’on se sent écoutées », ajoute Zoé. « Beaucoup de femmes se regroupent entre elles pour s’entraider, principalement dans les grosses boîtes », confirme Audrey Leprince, qui rappelle que l’industrie du jeu vidéo en France est composée à 84 % d’hommes.

Pour se protéger entre elles, certaines femmes ont également pris l’initiative de créer une liste des « prédateurs sexuels ». « On se donne des noms lorsque l’on se croise à des événements. Depuis quelques mois, une liste circule, sur laquelle sont inscrits les noms de plusieurs prédateurs. Il y en a plus d’une dizaine, voire peut-être maintenant une vingtaine. Ce ne sont que des personnes toxiques voire très dangereuses », détaille Sonia, qui précise y avoir rajouté un nom très récemment. D’autres, à l’inverse, souhaiteraient faire « une liste des entreprises safe, où la lutte contre les comportements sexistes est une priorité », explique  Audrey Leprince de l’association Women in Games.

« A Quantic Dream, les témoignages s’accumulent »

Parmi les témoignages que 20 Minutes a recueillis, deux noms reviennent très souvent, ceux de deux hommes travaillant au sein du studio de développement Quantic Dream. « L’un d’eux est connu comme le loup blanc dans la profession. Tout le monde sait que c’est un gros prédateur », précisent plusieurs des femmes interrogées. Déjà mis en cause  pour des pratiques managériales douteuses, le studio français Quantic Dream est aujourd’hui visé par des soupçons de harcèlement sexuel, voire d’agression sexuelle. « Nous avons été contactés en mai dernier par plusieurs femmes, travaillant et ayant travaillé dans l’entreprise, qui nous ont fait état de faits très graves », explique un membre de la section « jeux vidéo » du syndicat Solidaires Informatique. « Les faits rapportés sont des délits extrêmement graves, punis par la loi. Pourtant ils semblent se répéter impunément à Quantic Dream depuis plusieurs années, à cause d’une forte omerta », ajoute le syndicaliste, qui a récemment lancé un appel à témoignages, avec l’organisation internationale Game Workers Unite (GWU), pour essayer de porter l’affaire devant la justice.

Contacté par téléphone ce vendredi, Quantic Dream n’a pas donné suite à nos sollicitations. En mai dernier, le studio avait réagi face à ces accusations via un communiqué officiel, indiquant « prendre les situations de harcèlement très au sérieux », et « ne pas être informés de ce type de cas dans notre société ».

Aujourd’hui, les choses semblent donc bouger un peu. « Le fait que ces affaires deviennent de plus en plus médiatiques amène les mentalités à changer », explique Zoé, qui milite pour une véritable « libération » de la parole. « Ça va mettre encore un peu de temps, mais nous aussi en France, on aura notre #MeToo », espère Sonia. En attendant, les initiatives pour venir en aide aux « victimes » se multiplient. L’association Women in Games, qui a déjà mis en place une plateforme de soutien, va prochainement lancer une formation sur « comment réagir face aux remarques sexistes dans les entreprises »…

* Les prénoms des femmes qui ont témoigné dans le cadre de cette enquête ont été changés à leur demande, par peur de représailles de la part de leur hiérarchie.

**Interrogé par 20 Minutes, le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell) n’a pas souhaité faire de commentaires, indiquant seulement « qu’en ce qui concerne le territoire français, c’était la loi qui prévalait dans ce type d’affaires ». Contacté à plusieurs reprises, le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV), l’autre grand syndicat d’éditeurs, n’a quant à lui pas donné suite à nos sollicitations.​